Soror Dolorosa : Terre et ciel

Après 4 ans d’absence, le groupe de cold wave originaire de Toulouse revient avec un nouvel album, Appolo. A cette occasion, nous avons rencontré Andy Julia, le chanteur du...

Après 4 ans d’absence, le groupe de cold wave originaire de Toulouse revient avec un nouvel album, Appolo. A cette occasion, nous avons rencontré Andy Julia, le chanteur du groupe à l’allure sexy et provocatrice du vampire Lestat de La Reine des Damnés. Envoûtant, il vous invite au voyage spirituel. Attachez vos ceintures.

Par Jonathan Scibetta

Votre groupe est né en 2001. Son nom latin, « Soror Dolorosa », se traduit : « sœur de la douleur ». Pourquoi un tel choix ?

Il est tiré du roman Bruge la morte, de Georges Rodenbach. Ça parle d’une belle histoire d’amour ; d’un mari qui perd sa femme mais qui la revoie tel un fantôme dans les flaques d’eau. Nous nous inspirons des sentiments forts pour faire de la musique.

En septembre dernier, vous revenez avec Appolo. Le premier single s’appelle « Another life », une autre vie. Traduit-il des changements dans votre vie personnelle ?

J’écris les textes, je ne parlerai qu’en mon nom. Aujourd’hui, je ne m’adresse plus à quelqu’un ou à quelque chose, notamment quand j’ai de la rancœur. Je vois plus grand. Je m’adresse au ciel. Cet album parle de l’appartenance à l’harmonie universelle, il est probablement un peu bouddhiste.

Et Apollo souligne donc une volonté de partir sur la lune ?

C’est le thème du prochain album. Nous irons vers quelque chose qui dépassera l’atmosphère de la terre […]

Article à retrouver en intégralité dans Garçon Magazine numéro 12, disponible chez votre marchand de journaux.

Vous aimerez aussi :