ÇA de Stephen King : Les conséquences de l’homophobie.

...

Déjà disponible en VOD, l’adaptation du roman IT de Stephen King par Andrés Muschietti sortira Mercredi 24 Janvier en DVD et Blu Ray dans vos meilleures FNAC et autres Cultura. Succès retentissant adulé par la critique et les spectateurs, le film consacré « film d’horreur le plus rentable de tous les temps » fait pourtant l’impasse sur l’un des chapitres les plus importants de l’oeuvre de King : le récit d’un passage à tabac homophobe qui aura pour conséquence le réveil du monstre de Derry.

Lors de l’écriture de IT par Stephen King dans les années 80, celui-ci désirait avant tout laisser libre interprétation de ce chapitre au lecteur et lui permettre d’en tirer les leçons qu’il voudrait. Abordant de manière crue et acerbe le sujet de l’homophobie (mais aussi et surtout de l’homosexualité fière et assumée) aux États-Unis au cours des années 50-70 durant tout un chapitre retranscrivant la réalité du véritable assassinat d’un jeune homosexuel dans le Maine dans des circonstances semblables.

Mais au delà du message de tolérance envoyé par Stephen King à ses lecteurs, c’est la cohérence et la vraisemblance du récit qu’il est important de souligner, en l’occurence, puisque le King a fait le choix de retranscrire avec exactitude les véritables procès verbaux de cette affaire comme un témoignage non seulement de la violence et de la cruauté des auteurs de ce lynchage mais aussi du sentiment de compassion qu’ont à leur égard les force de l’ordre.

« La cruauté de ce chapitre a d’ailleurs provoqué une polémique sur les réseaux sociaux. »

L’oeuvre toute entière fait d’ailleurs échos à ce chapitre puisque le retour de Ça, créature mystique et monstrueuse, principal antagoniste du roman, après avoir été vaincu trente ans plus tôt par le Club des Ratés, est justement provoqué par cet évènement dramatique, nous rappelant encore une fois que l’homophobie peut avoir de lourdes conséquences à long comme à court terme.

La cruauté de ce chapitre a d’ailleurs provoqué une polémique sur les réseaux sociaux, questionnant sa vocation et la pertinence de la diffusion d’un tel discours. Cependant, s’il n’a jamais tenu à évoquer le sujet, il est évident que Stephen King a toujours soutenu des valeurs progressistes et que IT, comme de nombreux romans fantastiques contemporains, véhicule non pas, comme une simple lecture sans analyse pourrait le laisser penser, des valeurs conservatrices mais bel et bien un message d’amour et de tolérance.

Plus d’infos :
Article de Culture et Questions qui font débats.