JESÚS, PETIT CRIMINEL : LE COEUR SUPPLICIÉ

Jesús, c’est un film noir, très noir… Trop noir ? C’est un film dans lequel on se noie, agrippé à la jambe par le marasme de cette jeunesse perdue dans la...

Jesús, cest un film noir, très noir… Trop noir ? Cest un film dans lequel on se noie, agrippé à la jambe par le marasme de cette jeunesse perdue dans la découverte de la sexualité et surtout de la vie dadulte. Thème cent fois abordé, jamais vraiment révolutionné, sont-ce ces ados défoncés au déo qui pourront changer la donne ? Découverte.  

Par Victorien BIET. 

C’est la confusion qui règne lorsque l’on découvre cette oeuvre, septième film de Fernando Guzzoni. Car Jesús, ça n’est pas le genre de film que l’on regarde pour se détendre ou pour passer un moment agréable. Ce film, c’est une expérience. Est-elle bonne ou mauvaise ? Cela équivaudrait à se demander si Œdipe Roi de Pasolini est mauvais. Là n’est pas la question. Ce genre d’expérience se vit, point. 

Très proche de Moins Que Zéro de Bret Easton Ellis, le film se laisse regarder et ses quelques longueurs n’enlèvent rien à la force de son message poignant. C’est l’histoire de Jesús, ado fan de K-POP (musique coréenne), chanteur à ses heures et accessoirement bisexuel dissimulé puisque tout l’enjeu du film réside bien-entendu dans la révélation de ce secret à son entourage et dans le dépassements constants de toutes les limites qu’entraine ce refoulement.  

Un film à contempler ! 

Dépression, isolement social, marginalisation, drogue, alcool… Regarder ce film, c’est traverser le long couloir de la déprime en spectateur. Donc prévoyez une boite de mouchoirs et un pot de Nutella car, quand le générique de fin commencera à défiler, vous en aurez bien besoin.  

Concrètement, l’on ne peut pas avoir un avis sur ce métrage en sortant de son visionnage. Il faut du temps pour comprendre, pour analyser mais surtout pour accepter. Accepter ce genre d’expérience n’est pas évident et nous pouvons y voir également un parallèle avec l’homosexualité. La réalité de ce film existe bel et bien. C’est ainsi. Nous n’y pouvons rien. C’est tout. Il nous faut vivre avec. 

Jesús, une oeuvre à part entière !

Habilement réalisé et interprété, le film est visuellement très beau. Ça n’est pas un film à voir. C’est un film à contempler. Mais c’est aussi un film à écouter puisque, fort d’un accompagnement musical riche et varié, Jesús brille par son environnement sonore moderne mais (et ça fait plaisir) élégant.  

Jesús n’est pas un film comme les autres. Ça n’est ni un bon ni un mauvais film. Au contraire, c’est bien au dessus de tout cela. C’est une oeuvre à part entière qu’il vous faut absolument découvrir tant elle est unique en son genre.  

Plus d’infos : 

  • optimale-distribution.com 
  • Sortie le 28 Mars 2018. 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE