Paris : Meziane, figure emblématique du Tango, s’en est allé …

Hommage

Figure incontournable de la vie gay parisienne, Meziane Yaici, luttait depuis plusieurs années contre la maladie. Il a finalement quitté la scène le 17 février dernier. Attaché de production auprès de la Boîte à Frissons, son départ nous laisse entre la tristesse de ne plus entendre son rire, et le soulagement, de voir cet être si bienveillant avoir enfin droit à un repos bien mérité. Il y a un an et demi, nous l’avions rencontré dans le cadre d’une série d’interviews sur les personnalités emblématiques de la nuit parisienne. Un moment, à son image, simple et virevoltant.

 

 

 

 

Si vous fréquentez le Tango, vous avez forcément déjà croisé cet homme à la démarche nonchalante, mais au regard vif et lumineux. Même si ces derniers mois, il s’était fait moins présent, il y a encore peu de temps, Meziane était partout. Des répétitions de spectacles, en passant par l’accueil des clients à l’entrée, c’est l’homme sur qui pouvait compter Hervé Latapie, le gérant fondateur de cette société de production d’événements.

Les habitués de cet établissement aussi pouvait compter sur celui qui aimait les raconter : « Ce sont des gens qui se sentent peu reçus ailleurs et qui ont envie d’être considérés. Il n’y a pas de sélection à la porte, pas de tables VIP. Tout le monde est à la même enseigne. Ils ne viennent pas consommer la nuit, ils viennent faire la nuit. Je suis attaché à eux. »

Passionné de décoration, c’est finalement vers la coiffure que se tournera rapidement ce fils de mère française et de père algérien. Finalement, il prendra goût au service des gens dans le restaurant familial. Après plusieurs expériences, s’ensuit un « passage à vide » qui lui permettra de découvrir le monde associatif au Centre LGBT de la rue Keller (11è arrondissement). C’est à ce moment-là, il y a quatorze ans, qu’Hervé Latapie vient le chercher pour travailler avec lui dans un bar nommé La Petite Vertu.

Malgré l’aventure éphémère, ce sont cinq années qui marqueront le début d’une véritable amitié entre lui et celui qui est surnommé La Taulière. Un sentiment que Meziane retrouvait au sein de son équipe « Ici, c’est vraiment la famille. Avec Gilles, Hervé, Youssef et les autres, on s’engueule, mais on s’entend très bien. » Une équipe, à qui, comme chaque fidèle du Tango, manquera beaucoup Meziane…

 

Grégory Ardois-Remaud

Nantais d’origine, le jeune journaliste est un passionné avant tout qui aime s’évader dans le jardinage ou la littérature. Son talent caché ? Il connaît la bio de Louis de Funès sur le bout des doigts.

Vous aimerez aussi :