La tête de la Marche des fiertés interdite aux « blancs cisgenres » ?

...

Alors que l’homophobie ne cesse de progresser un peu partout en France et dans le monde et à l’heure où marcher devrait se faire dans la mixité, le partage, l’amour et l’amitié, voici la nouvelle idée (entre autres) du Réseau pour une Gauche Décoloniale (dont nous avions entendu parler au moment des conférences contre « l’impérialisme gay » dans la faculté occupée de Tolbiac) : prendre illégalement la tête de la Marche des Fiertés et y imposer la non-mixité ethnique et de genre. On fait le point sur la situation.

« Cortège de Tête de la Pride – Stop au Pinkwashing ! » est le nom officiel de l’évènement qui devrait rassembler 625 personnes lors de la Gay Pride parisienne. Si le Pinkwashing doit, il est vrai, être dénoncé et combattu, l’idéologie sectaire dissimulée derrière ce louable motif est un peu moins reluisante et ne séduira visiblement que les principaux intéressés puisque la tête de file sera strictement interdite aux « blancs cisgenres ». Cette règle est d’ailleurs totalement assumée et figure dans la description de l’évènement :

Face à l’urgence de lutter contre les multiples politiques homonationalistes et racistes, dont le discours officiel de la Marche des fiertés se fait le relai, un cortège mené par des personnes queer et trans racisées et en non-mixité* ouvrira la Marche. Nous invitons les personnes blanches à respecter cette non-mixité en se plaçant derrière elles/eux.

 

Absolument illégal car non approuvée par l’Inter LGBT, ce cortège veut lutter contre ce que les militants appellent la « dépolitisation » de la Pride et le fait que cette manifestation soit intégrée par des hétérosexuels en quête de bonne musique et de réjouissances. Pour ne rien arranger, et réduire encore un peu plus le cercle des militants qui n’étaient déjà pas très nombreux (un peu plus d’un millier), il est exigé de ceux-ci qu’ils soient « radicaux, féministes, queer, anti-racistes et anti-capitalistes ». Les autres sont priés de ne pas approcher.

Notamment soutenu par la nouvelle direction d’Act-Up (strictement composée de néophytes), le cortège ne sera pourtant pas si LGBTQ+friendly que les organisateurs veulent bien le prétendre. Si nous regardons attentivement la composition des signataires du communiqué de l’évènement, nous retrouvons (sans surprise) le fameux « Réseau pour une Gauche Décoloniale » qui avait soutenu le débat homophobe contre « l’impérialisme gay » au côté du Parti des Indigènes de la République au sein de l’Université occupée de Tolbiac.

Prévenu, l’Inter LGBT n’a pour l’heure toujours pas réagi à cette provocation et refuse d’adopter une position claire sur la manière dont elle sera traitée. L’Amical des Jeunes du Refuge a pour sa part condamné l’évènement et nous osons espérer que les perturbateurs n’iront pas jusqu’à conspuer et à donner tors à une association comme celle-ci.

Crédit photos : Victorien Biet.