FÉLIX MARITAUD : « Le seul message qu’il pourrait y avoir c’est « Aimez vous ! »

Sauvage, de Camille Vidal-Naquet, est l’un des plus gros espoirs du cinéma LGBT de 2018 et a su briller lors du festival de Cannes (Prix Révélation à la Semaine de la...

Sauvage, de Camille Vidal-Naquet, est lun des plus gros espoirs du cinéma LGBT de 2018 et a su briller lors du festival de Cannes (Prix Révélation à la Semaine de la critique). Dans ce film, Félix Maritaud joue Léo, jeune prostitué en perpétuelle recherche de lamour. Nous lavons rencontré pour recueillir ses premières impressions.  

Félix, ça na pas été trop dur de jouer le personnage dun prostitué ?  

Pas du tout. Durant le tournage, je l’ai vraiment vécu comme une expérience enrichissante. C’était un beau moment. Pour moi, ça a été un vrai plaisir que de jouer ce rôle et j’ai pu m’y abandonner complètement. J’ai dialogué intérieurement avec ce personnage et je l’ai invité à prendre possession de mon corps et à venir vivre avec moi.  

Du coup, comment expliques-tu le fait que ce personnage, justement, nai pas dhistoire ?  

Intimement, je pense que si l’on avait raconté l’histoire de ce personnage, si l’on avait fait le détail de ses origines, on aurait fait un film psychologique en exposant des conséquences et c’est là que nous serions tombés dans le jugement. Ma conception de ce personnage est qu’il n’existe que durant le laps de temps où il apparaît à l’écran et c’est comme un symbole. Les symboles, ça fonctionne de cette manière : plus tu donnes d’infos à ce sujet plus tu vas le rendre normal. Nous, ce qu’on cherche, c’est vraiment du domaine de la sensation et non du factuel.  

Est-ce quil y a une certaine volonté de faire sidentifier le spectateur au personnage ?  

Je ne pense pas. Si l’on avait vraiment envie que le spectateur s’identifie, je pense qu’on tomberait facilement dans le jugement et ça n’est vraiment pas ce que nous voulons faire. En fait, nous voulons surtout que le spectateur puisse vivre les sensations de ce personnage et l’admirer pour ça.  

Cest important de parler de ce sujet, daprès-toi ?  

Je pense qu’il n’y a pas de sujet tabou. Il faut parler de tous les sujets. Le milieu de la prostitution est vraiment un milieu très interlope, très peu regardé ou montré. C’est d’autant plus flagrant avec les nouvelles lois qui pénalisent les clients. En tant que rempart à ce genre de choses, je pense qu’il y a une véritable nécessité à l’existence de ce film.  

Du coup, penses-tu que ce soit un acte militant que de jouer dans ce film ?  

Non, pas du tout et je ne pense pas non plus que le film soit militant. Certes, il milite puisqu’il met en scène des choses que l’on empêche d’exister mais, au final, il n’y a aucun objectif politique. C’est l’existence de ce film dans les médias qui est politique. Lorsqu’un média décide d’en parler comme d’un film sur « l’amour absolu », c’est un message politique. Mais nous, on ne porte pas ce combat.  

Donc, il ny a pas de message, à proprement parler ?  

Exactement. C’est une sorte de témoignage brut. Une expérience. Chacun est libre d’interpréter cette oeuvre comme il ou elle le veut. Le seul message qu’il pourrait y avoir c’est « Aimez vous ! Soyez amour ! Aimez. » Là dedans, il n’y a aucune morale. C’est un film qui parle d’amour, tout simplement.  

Penses-tu que cela puisse permettre de faire changer les choses ?  

Je pense que tourner ce genre de films, c’est le meilleur moyen. Mais ça n’était pas mon objectif lorsque j’ai joué ce rôle. Je voulais vraiment que le spectateur puisse vivre de l’intérieur l’aventure de ce personnage comme je l’ai fait moi-même. Après, je pense que le fait de filmer des corps nus comme nous l’avons fait va faire réagir.  

Les première critiques sont unanimes au sujet du film. Cest un succès ! Comment lexpliques-tu ?  

En ce qui me concerne, je trouve que, dans cette société, nous sommes tous hyper bloqués. Là, on a un film qui nous met face à un personnage qui est libre et qui ne se pose pas toutes les questions que nous pouvons nous poser. Avec ce film, nous créons une forme d’ouverture et je pense que c’est ce qui va plaire au spectateur. 

Ça parle de quoi ?  

Sauvage raconte l’histoire de Léo, 22 ans. Chaque soit, ce jeune homme vend son corps dans la rue pour quelques billets. Tout au long de ce métrage, nous assistons au défilé des hommes qui louent ses services pour trois fois rien. Ce garçon qui n’a d’autre but que celui de trouver l’amour, un amour absolu, presque légendaire, vit sa liberté au jour le jour dans un voyage au gré des rues vers une destination inconnue.  

PLUS DINFOS :  

  • Sortie le 29 aout 2018.  
  • inter.pyramidefilms.com 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE