Rencontre : Lio, « Je suis derrière le combat des homosexuels.”

...

Difficile à dire si, avec le recul, cet entretien était avec une mère, une artiste, une icône pop, une amie… ou bien un peu tout ça à la fois. Lio, trois courtes lettres, mais une longueur d’avance sur son époque. « Clivante » selon elle, nous dirons plutôt que nous avons rencontré une « spontanée réfléchie ». Sincère et bienveillante, Lio s’est livrée à nous en toute simplicité lors d’un moment suspendu, parsemé de rires et d’émotions, à l’image de son album Lio canta Caymmi [chanteur et compositeur brésilien décédé en 2008], qui vient de sortir.

Propos recueillis par
MAXIME QUERBES

Vous revenez avec un nouvel album. Comment le définiriez-vous ?
C’est une ode à la vie sous toutes ses facettes avec, peut-être, un ancrage un peu nostalgique, mais qui n’est ni triste ni pesante. Il y a une légèreté dans cette acceptation du chagrin ou de la tristesse qui font absolument partie de l’impulsion de vie. Je le définirai comme un moment tranquille, un bonheur simple, très quotidien.

Entre l’album qui a été fait en toute simplicité, chez vous et les sujets abordés, est-ce que finalement, ce n’est pas l’album qui vous ressemble le plus ?
Il est tout à fait attaché à l’endroit où je l’ai chanté, à l’état dans lequel j’étais et celui de Jacques Duvall [le parolier]. On est loin des
faux-semblants parce que nous avons grandi ensemble, c’est lui qui a écrit Banana Split. Je pense que cette chanson c’était les idées et la vie de Jacques dans laquelle je me glissais, tandis qu’aujourd’hui avec Caymmi, on y va ensemble, chacun avec ce qu’il a acquis en quarante années de métier.

Vous avez l’impression de boucler la boucle ?
Je pense qu’avec cet album on boucle une certaine histoire de Lio. Aujourd’hui j’ai répondu à beaucoup de mes questions. Je crois que dans une vie, s’il y a un rendez-vous qu’il ne faut vraiment pas louper si on aime vraiment les gens, c’est avec soi-même et, si on le rate, on est très peu utile aux autres. Ce qui compte dans une vie, ce sont les relations et ce mot sous-entend « lien ». Pour être totalement capable de respecter l’autre et de le lier à soi, il faut savoir où on en est et être honnête avec soi. […]

Retrouvez la suite de l’entretien dans le nouveau Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux.

+D’INFOS
Lio canta Caymmi [Crammed Discs]
Déjà disponible dans les bacs