Jordan Fox : « Quand j’ai quitté le X, je pensais sincèrement qu’on m’oublierait… »

...

Non ! Nous ne t’avions pas oublié Jordan ! Classé au top 10 de notre classement de l’été des pornstars préférées, le bel Alsacien est, de plus, le héros d’Atomix Blond, porno superhéroïque de Ridley Dovarez dont la version non censurée sera diffusée à partir d’octobre prochain en illimité sur Pinkflix. Nous rêvions d’une interview, c’est devenu réalité…

Propos recueillis par Thom

Jordan, le 8 septembre 2015 tu avais annoncé ton départ du X. Or tu nous reviens aujourd’hui. Doit-on estimer qu’une fois qu’on a fait du porno, au plus haut niveau, il est très difficile voire impossible de décrocher ?
C’est vrai que beaucoup d’acteurs arrêtent puis finissent par revenir au porno, quitte à parfois se renier car ils affirmaient que plus jamais ils n’en referaient. Certains vivent mal le regard porté sur eux et les effets secondaires de cette notoriété : attaques, solitude, spleen… Ils arrêtent donc le X dès qu’ils le peuvent. Derrière l’image glamour c’est un milieu très dur et il faut être fort pour le supporter. Or, beaucoup d’acteurs se dirigent vers le X car ils sont en situation de fragilité. Mais le paradoxe c’est que la gloire, même si elle rend malheureux, est addictive et que quand on l’a connue c’est dur de s’en passer. Ce n’est cependant pas propre au porno, c’est aussi valable dans la musique, le cinéma… ou la téléréalité.

Comment vois-tu ton come-back ?
Alors je vais préciser une chose : j’ai refait du X mais ce n’est pas un come-back. En réalité, j’avais mis ma carrière en suspend, il y a trois ans, pour reprendre mes études. Je les ai terminées et réussies, aujourd’hui je suis donc libre de refaire un show ou un film de temps à autre. Mais une page est tournée et je ne veux plus être acteur porno à plein temps. C’est plutôt comme un hobby, donc c’est encore plus fun qu’avant. Quand j’ai quitté le X, en 2015, je pensais (et espérais) sincèrement que l’on m’oublierait en quelques mois. Mais le porno m’a rattrapé, cela m’a posé des soucis dans mes études et professionnellement. J’ai alors compris que je ne pourrai jamais complètement me défaire de ce passé. Donc autant en prendre son parti et, quitte à en subir les inconvénients, autant en avoir les avantages. Paradoxalement,mon retrait a suscité une forte demande, beaucoup de fans attendaient que je revienne. Je ne pouvais pas les décevoir même si mes performances restent occasionnelles.

Retrouvez la suite de l’entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux !