Troye Sivan « Je parlerai d’homosexualité jusqu’à ce que les gens s’en lassent »

A tout juste vingt-trois ans, ce natif de Johannesburg possède plus d’une corde à son arc. Acteur, youtubeur, chanteur et auteur-compositeur, rien ne semble arrêter ce passionné aussi talentueux...

A tout juste vingt-trois ans, ce natif de Johannesburg possède plus d’une corde à son arc. Acteur, youtubeur, chanteur et auteur-compositeur, rien ne semble arrêter ce passionné aussi talentueux que modeste. Militant pour la cause LGBT, prôneur de coming-out, l’artiste s’engage entièrement pour faire bouger les mentalités en alliant musique et humanité. Il méritait ainsi parfaitement d’être notre coverboy. 

Tu es souvent comparé à Madonna, ta musique peut évoquer Gwen Stefani, le clip de My My My ! rappelle le clip de Nelly FurtadoManeaterFinalement, quelles sont tes influences ? 

Il y en a de tous les horizons ! J’écoute beaucoup This Mortal Coil, du Velvet Underground, Phil Collins, Madonna, Lorde, Franck Ocean, Taylor Swift… Je prends un peu de tous ces artistes, par-ci, par-là et je m’en inspire pour créer ma propre musique. 

Ton genre de musique est pop électro, mais tu as aussi un côté très folk, avec notamment The Good Side, ou encore la version acoustique de My My My! Il y a un autre genre que tu voudrais explorer ? 

Pour cet album, j’ai vraiment suivi mon instinct, ce qui me fait vibrer. J’adore la musique en général, bien sûr la pop, la musique des années 80. Mais surtout j’aime celle qui te fait ressentir des choses, la musique lyrique. Il faut juste que ce soit fait avec honnêteté, et que ça corresponde à qui je suis. Pour le futur, je n’ai absolument aucune idée de ce qui pourra arriver, et c’est ça qui est passionnant pour moi. J’espère qu’un jour je ferais un album acoustique, ou un truc auquel je ne m’attends pas pour le moment. 

On a beaucoup entendu parler de toi il y a peu car tu as mis le feu sur le plateau du Saturday Night Live, ou encore The Ellen Show. A 23 ans, c’est énorme ! 

Parfois c’est effrayant. Je pense que je m’améliore avec le temps pour gérer tout ça. Tout ce que je dois faire c’est de continuer à apprécier et savourer chaque instant. Il y a une sorte d’équilibre à trouver au fond, mais je pense que je l’ai trouvé. 

Il y a un duo avec Ariana Grande dans l’album, Dance to this. Tu peux nous en dire plus ? 

Elle et moi nous connaissons depuis plus de deux ans, nous sommes de très bons amis. Quand j’ai écrit cette chanson, je rêvais vraiment que ce soit elle qui chante avec moi, je voyais tout déjà. Quand on a enregistré la chanson, que je l’ai écoutée, c’était exactement comme je l’espérais, c’était génial !  

Tu as toujours dit vouloir être chanteur. Qu’est-ce qui te motive, quelle est ta force ? 

Ma motivation principale, c’est le processus créatif. J’adore créer de nouvelles choses, quelles qu’elles soient. Je suis juste ravi d’entrer en studio, de créer de nouvelles musiques, de jouer sur scène ou dans des shows, de faire des vidéos. C’est vraiment la partie créative que j’adore et qui me tient motivé car ça me permet d’avoir toujours du frais et du neuf autour de moi. 

Acteur, youtubeur, auteur-compositeur et interprète. Quelle est la suite ? 

C’est définitivement de faire plus de musique encore. Déjà, j’ai l’album Bloom, puis je vais bientôt partir en tournée cette année. Et puis je joue dans un film qui s’appelle Boy Erased qui sort en novembre. 

Tu chantes l’amour universel, il y a rarement de genre dans tes paroles, pourtant les médias parlent toujours de ton orientation sexuelle. Un artiste gay est forcément réduit à sa sexualité selon toi ? 

Je ne crois pas. Tout ceci se passe surtout dans les coulisses à vrai dire. J’ai beaucoup de chance car les gens qui m’entourent ont toujours été très ouverts d’esprit, ils m’ont toujours accepté tel que je suis. C’est surtout grâce aux fans que c’est facile. J’ai été très ouvert et honnête dès le début. Les gens viennent me voir en concert pour ma musique, ils achètent les albums. C’est juste l’industrie qui essaie de vous utiliser et de vous mettre dans une catégorie, mais tout le monde s’en fiche au fond. C’est aussi pour cela que je pense être extrêmement chanceux, j’ai des fans incroyables, ce sont eux qui me font continuer et qui me motivent.  

Tu penses que ça peut fermer des portes ?  

J’ai toujours été très ouvert sur ce sujet, ça ne me gêne pas. En attendant, je suis content d’en parler car ça signifie qu’il s’agit encore d’un sujet. Et je parlerai d’homosexualité jusqu’à ce que les gens s’en lassent, qu’ils arrivent à passer outre. Un jour ce sera peut-être même surprenant de poser ce genre de question.  

Tes chansons sont souvent pleines de nostalgie. C’est en contraste direct avec qui tu es dans la vie, souriant et positif… c’est une façon d’exprimer des choses plus profondes ? 

J’ai grandi comme ça, j’ai toujours adoré écouter des musiques tristes. Mais bon, l’album est vraiment plus joyeux que le précédent. Quand je suis content, je suis trop occupé à être joyeux pour faire d’autres choses, comme écrire de nouveaux morceaux. Par contre, quand je suis triste, c’est la première chose que je fais ! Mais ça change avec le temps, j’ai écrit l’album Bloom avec des chansons très joyeuses cette fois-ci. Je me laisse guider par mes envies et par ce que je trouve bien, c’est mon fil conducteur. 

Tu es très actif sur les réseaux sociaux où tu es très proche de tes fans. C’est difficile de garder la tête froide quand on est une star internationale ? 

En fait, j’ai toujours été très mal à l’aise avec les gens qui se la pètent ! J’essaie de rester aussi simple et humble que possible. D’ailleurs, je crois que c’est-ce que les gens veulent : des personnes vraies.  

Dans la vie on te voit presque tout timide, alors que dans tes clips tu es explosif. Qui est le vrai Troye Sivan dans tout ça ? 

Sûrement un mélange des deux.  Quand je rencontre quelqu’un pour la première fois je peux être très discret. Pour la vidéo, c’est clairement une version décomplexée de moi, c’est un peu comment je suis en boîte après quelques verres ! 

Ce n’est pas ta première fois en France, tu connais quelques mots en français ? Aurais-tu un message pour tes fans ici ? 

Je connais les basiques comme « bonjour », « merci », « au revoir ». Je tiens vraiment à remercier les gens pour ce qu’ils me donnent, je me sens toujours très bien ici, et c’est toujours un plaisir de revenir. Et surtout, merci à vous ! 

 (à définir soit en encadré, soit en petits points dans l’article un peu disséminés) : 

En 2013, le jeune homme explose dans les médias avec sa vidéo sur Youtube dans laquelle il fait son coming-out. La vidéo dépasse aujourd’hui les 8 million de vues.  

Suite à l’enregistrement de son clip dans l’hôpital de Perth, il reverse 14000$ issus de la vente du single en question, The Fault in our stars, à celui-ci. 

Sa mère a lancé une pétition en ligne afin de maintenir le budget des protections LGBTQI+ dans les écoles, qui a récolté un grand succès en Australie.  

2016 : GLAAD Media Award du meilleur artiste musical (Gay&Lesbian Alliance Against Defamation) avec son album Blue Neighbourhood. 

PORTRAIT CHINOIS 

Ta plus grande qualité ? 

Je suis un vrai bosseur 

Ton plus grand défaut ? 

Je dirais que je suis perfectionniste 

Ta chanson française préférée ? 

A vrai dire, j’adore tout ce que fait Christine and the Queens. C’est mon artiste française préférée. 

Ce que tu préfères en France ? 

Les crêpes au Nutella ! 

Ce que tu recherches avant tout chez un homme ? 

Qu’il soit amical je dirais. 

Ton mantra ? 

Soit humble 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE