Rencontre avec Juan Gaston du Sauna Thiers à Bordeaux

...

Bordeaux la « conservatrice » a ses lieux gays et, bien sûr, ses figures emblématiques LGBT. Pour ce nouveau numéro de Garçon Magazine, et toujours en partenariat avec nos amis de l’Enipse, nous avons choisi de mettre en avant Juan, un patron gay très concerné par la prévention et le bien-être de la communauté…

Propos recueillis par Christophe Soret

Peux-tu nous retracer ton parcours ?
J’arrive du monde de la finance. J’ai claqué la porte de mon job en cabinet comptable, pour reprendre cette affaire, il y a douze ans. Donc, question gestion, ça ne me faisait pas peur mais question exploitation d’un sauna, je n’y connaissais absolument rien et j’ai dû apprendre sur le tas ! Mais c’est une très bonne expérience et, aujourd’hui, je ne regrette pas d’avoir pris ce risque.

 

Tu t’occupes de ton sauna depuis 12 ans. Constates-tu une évolution des profils et des comportements de ta clientèle ?

Non. je n’ai constaté aucun changement. Il faut dire que l’on propose, depuis des lustres, les mêmes prestations et équipements. Les clients viennent, donc, toujours chercher la même chose. Question comportements, il y a une nette évolution concernant la prévention, grâce aux nouveaux outils de dépistage et à la pédagogie réalisée depuis des années. Les clients sont plus informés, plus dépistés mais, concernant les pratiques à risque, c’est difficile à dire. Je pense qu’il y a toujours une part importante de gens qui aiment prendre quelques risques. Je ne dis pas seulement ça pour le sauna. Je le vois autour de moi mais également sur les sites de rencontres. Ce qui me rassure, c’est que j’achète toujours autant de capotes, auprès de notre centrale d’achats, qu’il y a quelques années.

As-tu suivi ou participé à un combat pour notre communauté ?
Je participe tous les ans à la Marche des fiertés. C’est plus à titre personnel, pour le côté festif, mais plus jeune quand j’ai participé aux premières Marches de ma ville, j’étais plus militant… Je me souviens, par exemple, pour le premier mariage gay homosexuel «non légal» qui s’était déroulé tout près d’ici, à la mairie de Bègles, il y a eu une très grosse mobilisation à la Marche. Elle était axée sur la revendication du mariage gay ! il a fallu attendre encore dix ans pour que ça se produise. […]

Retrouvez la suite de l’article dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux.