Le GAGL45 d’Orléans fête ses 10 ans : « L’association a été créée par des militants qui se sont imprégnés des luttes des années 70 »

...

Avec une centaine d’adhérents, le Centre LGBT d’Orléans répond aux besoins pluriels de la communauté de la région Centre-Val-de-Loire, notamment au sein de son local qui fête cette année son dixième anniversaire. Ralph, président de l’association depuis 2015 nous raconte les spécificités de leurs actions et leurs projets à venir.

Propos recueillis par GRÉGORY ARDOIS-REMAUD

Racontez-nous quand est né le centre LGBT d’Orléans ?

L’association est née en 1990, sous le nom de GAG [Groupe action gay]. Il y a un double sens dans le nom de l’association car c’était un «gag» de créer une association pour les droits des personnes gays et lesbiennes à ce moment-là. En effet, à cette période, les homosexuels étaient considérés comme des malades mentaux. En 2000, le L de Lesbien a été ajouté au nom de l’association. Puis GAGL45 quelques années plus tard. En 2008, nous avons changé la dénomination de l’association au moment de l’ouverture de notre local qui est GAGL45-CLGBT d’Orléans.

 

Quelle ont été vos motivations premières lors de cette création ?
L’association a été créée par des militants qui se sont imprégnés des luttes des années 70 pour la reconnaissance de l’existence des homosexuels, de leurs droits et de leur histoire. Elle a alors recherché la reconnaissance de la déportation des homosexuels lors de la Seconde Guerre mondiale. Il y avait également d’autres activités de convivialité comme les soirées et les permanences d’accueil à la Maison des associations. Depuis 1994, elle se bat contre le Sida en se joignant aux acteurs de la lutte à Orléans.

Quelles activités proposez-vous ?
Il y a déjà nos activités de convivialité qui sont faites pour que les personnes ne restent pas isolées et qu’elles puissent avoir une meilleure estime d’elles-mêmes. Il y a, notamment, les apéros conviviaux qui permettent aux personnes de créer du lien, les sorties restaurants, les visites, le festival de films LGBT organisé par Ciné Mundi [festival D’un Bord à l’autre]. Nous organisons aussi des IMS [Intervention en milieu scolaire] dans les collèges et lycées pour parler de prévention et de lutte contre l’homophobie. Nous sommes invités par des collectivités à des événements qu’elles organisent où nous avons un stand, permettant d’avoir une visibilité et un échange auprès de la population. Nous organisons des soirées «Q comme question», pour les hommes, leur permettant de mieux vivre leur sexualité et de réduire les risques sexuels. Enfin, nous faisons des actions de prévention : des flyers, campagnes… Et nous allons sur les lieux de rencontres pour parler de dépistages, du TPE [Traitement postexposition], des IST [Infections sexuellement transmissibles] […]

Retrouvez la suite de l’entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux.