Donald Trump veut éradiquer définitivement le VIH en seulement 10 ans !

INTERNATIONAL

Le président américain veut mettre fin à l’épidémie de Sida aux États-Unis en moins de dix ans !

Ce mardi 5 février, lors de son discours annuel face au Congrès, Trump a déclaré vouloir mettre fin à l’épidémie de VIH aux États-Unis dans les dix prochaines années. Une décision accueilli avec beaucoup de scepticisme par la communauté LGBT aux vues de la politique menée par le président depuis plusieurs mois. 

Une décision surprenante 

Les associations ne peuvent que se réjouir de se revirement de situation. Le Congrès va donc à présent réfléchir à la meilleure façon de financer ce nouveau projet. 

« Mon budget demandera aux démocrates et aux républicains de dégager les moyens nécessaires pour éliminer l’épidémie de VIH aux Etats-Unis d’ici 10 ans. Ensemble, nous vaincrons le sida en Amérique et au-delà », a déclaré le président.

Un changement de cap radical, qui intervient après un coup d’arrêt dans la recherche sur le VIH en décembre dernier. Des scientifiques s’étaient vu interdire, en toute discrétion, de poursuivre leurs recherches sur des souris avec du tissu foetal.

Une idée quasi impossible ?

Alex Azar le secrétaire en charge de la santé a répondu aux nombreuses questions relatives à la faisabilité. L’objectif parait quasiment irréalisable. 

Il s’agit de réduire le nombre de contaminations par le VIH aux États-Unis de 75% en cinq ans, et 90% en dix ans. Environ 38.000 personnes ont été contaminées par le VIH aux États-Unis en 2017, selon les statistiques gouvernementales. Ce nombre s’est réduit au fil des années, mais dans certaines communautés le reflux ne se produit pas, notamment chez les LGBT.

Du côté des associations on ne juge pas l’idée si farfelue que ça. « Contrôler le VIH en une décennie est une tâche titanesque, mais nous applaudissons la volonté affichée », a réaffirmé à l’AFP Michael Weinstein, président de AIDS Healthcare Foundation.

« Cette initiative, si elle est mise en place et financée, pourrait s’inscrire dans l’histoire comme l’une des plus grandes réussites de sa présidence », a réagi le directeur de l’AIDS Institute, Michael Ruppal.

Reste à savoir si les mots du Président seront suivi de véritables efforts.