Interview : Jean-Christophe Vitale, maire engagé de Tignes

En plus d’être la première ville de France à accueillir l’European Snow Pride dans quelques jours, les habitants de Tignes ont en commun de se retrouver autour de valeurs...

En plus d’être la première ville de France à accueillir l’European Snow Pride dans quelques jours, les habitants de Tignes ont en commun de se retrouver autour de valeurs humanistes et gay friendly. Dans le nouveau Garçon Voyage, nous avons rencontré le maire, Jean-Christophe Vitale, ainsi que Béatrice Leclercq, responsable de la centrale de réservation, qui reviennent sur l’engagement de la station pour les LGBT.

Propos recueillis par Noémie Nack

COMMENT DÉFINIRIEZ-VOUS LA PRIDE DE TIGNES ?
Jean-Christophe Vitale : C’est un événement que l’on est content de voir arriver chaque année. Il permet, certes, de générer des recettes mais, au-delà de ça, il fait partie de nos valeurs. Nous avons pour vocation d’accueillir tous les vacanciers, quels qu’ils soient, dans les meilleures conditions, pour leur faire vivre une expérience unique.

LA MAIRIE S’ÉTAIT ENGAGÉE POUR LE MARIAGE POUR TOUS ET AVAIT NOTAMMENT SIGNÉ LA CHARTE CONTRE L’HOMOPHOBIE DANS LE MILIEU SPORTIF, EN 2008. LE MILITANTISME S’EST-IL TOUJOURS INSCRIT DANS L’ADN DE LA VILLE ?
J.-C. V : Oui. Tignes fait des choses parce qu’elle les ressent, que cela fait partie de son histoire, sans se soucier de références politiques, nationales ou de débats de place publique. La ville s’est construite avec une multitude de gens : les natifs mais surtout de personnes de diverses régions, de différentes mœurs, idées et conceptions, qui l’ont choisi pour s’y installer. Toute cette population s’est retrouvée autour de ce magnifique site dans lequel on a la chance de vivre et l’idée d’une Snow Pride est peut-être partie de là. C’est le partage de valeurs, d’une histoire et ça s’est fait naturellement en dépit des débats qui ont pu défrayer la chronique dans les médias, en particulier avec le Mariage pour tous qui est un faux problème. Nous sommes tous des êtres humains et dès lors que l’on est capable de s’entendre, de faire des choses de façon concertée autour d’un projet commun, il n’y a pas d’opposition, car nous sommes tous semblables. Le simple fait d’identifier une communauté face à une autre, est déjà une discrimination. Nous vivons sur la même planète, nous avons vocation à être ensemble et il faut que nous y arrivions. Ce sont des valeurs de tolérance qui sont présentes notamment au sein de la démarche managériale des services municipaux.

L’ENGAGEMENT SE POURSUIT-IL TOUT AU LONG DE L’ANNÉE ?
J.-C. V : S’il pouvait aussi y avoir des Pride en été, nous le ferions. Notre devise : « Sport toute l’année pour tous, pour tout le monde, pour toutes les minorités », même si je n’aime pas trop le terme de « minorité ». Dès lors que les gens s’associent à notre identité, tout le monde est le ou la bienvenue.

Béatrice Leclercq : Il y a un engagement fort de la ville en dehors de la Pride. Nous avons un char Tignes / European Snow Pride qui défile, chaque année, au mois de juillet à Montpellier. L’année dernière, nous avons été invités au Canada, par Fierté Montréal, pour représenter Tignes sur le continent nord-américain. Nous avons également été présents et avons soutenu les conférences Trans Identitaires, l’année dernière, à Montpellier. […]

Retrouvez la suite de cet entretien dans le numéro 1 de Garçon Voyage disponible chez votre marchand de journaux.

Vous aimerez aussi :