ASSOCIATION « STÉPHANE LAMART » SON COMBAT POUR LES ANIMAUX !

J’ai créé l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » à mes 18 ans. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’elle prenne une telle ampleur, au point...

J’ai créé l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » à mes 18 ans. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’elle prenne une telle ampleur, au point de pouvoir racheter un refuge, d’avoir une deuxième propriété en Bretagne où nous avons des animaux de ferme… À 18 ans, en déposant mon dossier dans les Hauts-de-Seine, alors que les adhérents ne se comptaient que sur les doigts d’une seule main, je ne soupçonnais pas cette évolution, ni le nombre de salariés que nous aurions, ni tous ces animaux que nous sauvons chaque jour. 

Aujourd’hui, nous en sommes à plus de 4 000 adhérents et donateurs partout en France, ce sont eux qui nous permettent d’agir quotidiennement et de porter secours aux animaux. Nous avons obtenu le label de la reconnaissance d’utilité publique par décret ministériel. Cela nous a donné un sacré coup de pouce. Désormais, le public peut léguer ses biens à l’association, lui consentir des dons pour une déduction d’impôts mais aussi des assurances-vie. Ces fonds sont utilisés pour les sauvetages, les frais vétérinaires, le fonctionnement de notre structure et récemment pour l’achat de notre tout premier refuge. 

Notre service juridique agit dans toute la France et il ne se passe pas une seule semaine sans que nous ayons une audience au sein de l’un de ses tribunaux. Si je fais le bilan, notre progression est certes bien réelle mais celle de la cause animale ne l’est pas moins. Forts de notre expérience de terrain, de notre constante communication avec le grand public, nous avons forcément acquis une vision très réaliste des dispositions absolument indispensables à la cause animale. Nous soumettons donc divers articles de loi aux députés en privilégiant les plus urgents et les cas où des animaux se retrouvent dans d’extrêmes souffrances. 

Par exemple : l’instauration d’une déduction d’impôts pour les propriétaires qui prennent la peine de stériliser leurs animaux ou encore l’interdiction des pièges à glu sur lesquels souris, rats ou autres se collent et périssent dans d’épouvantables souffrances… 

Il est vrai qu’en France, nous n’aurons jamais assez de refuges pour absorber toute la misère animale. Raison pour laquelle il est indispensable d’inciter le public à stériliser ses animaux de compagnie. Pour y parvenir, l’État doit impérativement mettre la main au portefeuille en autorisant ce dégrèvement d’impôts dont je parlais pour les propriétaires concernés. Mais résorber la misère animale doit aussi passer par la fermeture des animaleries, la limitation du nombre d’élevages dans notre pays, afin d’éviter toute cette reproduction inutile qui engendre un nombre astronomique d’euthanasies. 

Nous intervenons quel que soit l’animal concerné, poissons rouges y compris, avec l’interdiction qu’ils soient offerts en lots dans les fêtes foraines. Je tiens à ce que mon association n’hésite pas la moindre seconde à se présenter devant un tribunal et ce, même pour un poisson rouge. Peu m’importe que cela puisse faire sourire d’autres structures ou Untel et Untel. Chaque animal, quel qu’il soit, doit avoir le droit de vivre en paix et pour le moins avec notre respect et toute la protection juridique prévue à son égard. 

Vous aimerez aussi :