Théo – chapitre 1, Le Refuge renouvelle sa campagne de lutte contre l’homophobie

L’association nationale et future fondation Le Refuge vient de diffuser son nouveau projet vidéo autour de l’homophobie en société, Theo, Chapitre 1. En partenariat avec Spotify et Brand Station,...

L’association nationale et future fondation Le Refuge vient de diffuser son nouveau projet vidéo autour de l’homophobie en société, Theo, Chapitre 1. En partenariat avec Spotify et Brand Station, la campagne intervient dans le cadre du la reprise de ses actions et un appel à dons pour lutter contre les agressions faites aux LGBT+, chaque année. Focus.

Une situation grave. Tout commence par une attaque physique et à caractère homophobe de trois jeunes lycéens contre un de leurs camarades, Theo. Sur fond de la musique « Kid » du chanteur français Eddy De Pretto, la fureur se fait sentir dans les expressions des trois agresseurs, les mots sont durs et insultants : « Regarde-moi, sale pédé ! ». « L’objectif a été de réaliser un film coup de poing, percutant et choquant pour mieux interpeller l’opinion publique » confie Yannick Blanc-Florentine, communicant chez Brand Station et acteur du projet vidéo. Ils prennent plaisir à lui tirer les cheveux, à le gifler et même à lui infliger des coups de pied dans le ventre, avant de s’enfuir comme si de rien n’était. Aucun témoin dans les parages, c’est là la situation fréquente dont les personnes victimes d’homophobie.

Pas qu’au lycée, en famille aussi

Quand il rentre chez ses parents, son père se tient debout devant la porte, furieux, pendant que la mère se lève affolée. La grand-mère et le petit-frère restent assis sur le canapé, abasourdis par la situation. L’homme de la famille montre un objet, qu’il juge compromettant, avant de s’énerver. « C’est quoi ça » à deux reprises, « T’es pédé, c’est ça ? ». Le ton monte rapidement, le reste de la famille reste silencieuse. « T’as pensé à ta mère ».

Les mots dépassent l’entendement et deviennent encore plus durs que l’agression qu’il a subi au lycée, laissant rapidement place à une situation grave. « Tu me dégoûtes », « Sors de chez moi », « T’es plus mon fils ». La porte claque, le jeune homme est abasourdi. Il n’a qu’un sac avec lui et erre seul dans la ville, sans endroit où dormir. Clap de fin.

Un message fort lancé par Le Refuge

Avec cette vidéo, Le Refuge entend une nouvelle fois sensibiliser et mobiliser les français sur l’urgence dans le traitement socialo-politique des discriminations faites aux personnes LGBT+. « Les personnes doivent se rendre compte que le rejet d’un jeune LGBT+, au même titre que la violence, n’est pas un acte sans conséquences », exprime le communicant et acteur du projet. Faits à l’appui, Le Refuge prend vite position pour légitimer la cause défendue . « Chaque année, ce sont près de 300 enfants qui sont mis à la porte de chez eux par leur famille. Aidez-nous à leur en redonner une mais surtout à les mettre à l’abri. ».

Le mot de la fin aux jeunes LGBT+ :

« Tenez bon. Même si vous êtes rejetés par des personnes que vous croyez proches, d’autre alternatives sont possibles. Il y a des associations, comme Le Refuge, mais aussi des personnes bieveillantes qui sont prêtes à vous accueillir et vous accompagner et à discuter. »

Yannick Blanc-Florentine

L’info en plus :

Un second court-métrage sera diffusé sur YouTube à l’occasion de la semaine de lutte contre l’homophobie, en mai prochain.

Pour faire un don, rendez-vous ici.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE