Discrimination au travail, une inclusivité encore à faire !

En partenariat avec le sondeur national, IFOP, la fédération L’autre Cercle vient de dévoiler les résultats de son enquête, « Inclusion des personnes LGBT+ au travail en France »....

En partenariat avec le sondeur national, IFOP, la fédération L’autre Cercle vient de dévoiler les résultats de son enquête, « Inclusion des personnes LGBT+ au travail en France ». Huit ans après l’adoption de la charte LGBTQI+, la discrimination sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre au travail reste encore très présente.

Une personne LGBT sur quatre dit avoir été victime d’au moins une agression LGBTphobe au travail. C’est le bilan accablant qui ressort dès les premières lignes de l’enquête IFOP/L’Autre Cercle. Les causes sont frappantes : moqueries désobligeantes ou propos vexants, injures à caractère diffamatoire, mise à l’écart des autres salarié.e.s. Pire encore, près d’un LGBT interrogé sur six révèle être victime d’une discrimination de la part de sa direction. Pourtant, cette discrimination au travail n’est pas que la surface d’un problème bien plus profond encore.

« Bien souvent, l’orientation sexuelle et l’identité de genre sont perçues comme une thématique « hors-sujet » dans le monde du travail, parfois taboue, parfois minimisée et considérée comme se rapportant à la seule sphère privée. Donner la parole aux personnes LGBT+ concernées, mais aussi aux non-LGBT+ est donc essentiel pour appréhender la réalité vécue sur le terrain et mesurer les actions de progrès encore à mener. Et les chiffres sont sans appel ! » Alain Gavand, Vice-président de la Fédération nationale de l’autre cercle.

Un tabou aux lourdes répercussions

Face aux discriminations dans le monde du travail, qui commencent dès l’entretien d’embauche, près de la moitié des salarié.e.s LGBTQI+ (49%) se sentent obligés de cacher leur orientation sexuelle/identité de genre à leurs collègues de travail et leur(s) employeur(s). Parmi eux, ce sont 77% qui renoncent à mettre vie professionnelle et personnelle sur le même plan (association du/de la conjoint.e sur la mutuelle d’entreprise, participation aux afterworks en couple, etc.). A terme, trois salarié.e.s LGBTQI+ sur 10 déclarent être en proie à un sentiment d’auto-exclusion et mal le vivre.

Une évolution sensible

Depuis l’adoption de la charte LGBTQI+ de l’Autre Cercle, la perception des LGBT+ dans les 140 entreprises signataires est tout de même moins négative. Quatre personnes interrogées sur 10 affirment, en effet, que le texte inclusif a un impact positif sur leur visibilité. Mieux encore, 84% des employé.e.s issu.e.s des entreprises signataires révèlent être à l’aise avec l’idée du coming-out de leur(s) collègue(s). Une sympathique avancée.

« Les résultats du deuxième baromètre confortent notre position à ce que davantage d’organisations puissent tenir leurs promesses d’inclusion des personnes LGBT+, mais également d’en garantir son déploiement. L’autre cercle à leurs côtés, leurs permet de relever ce défi ». Christophe Berthier, Président de la Fédération nationale de l’autre cercle

L’enquête en quelques chiffres :


  • 41% des LGBT hommes ayant une apparence « féminine » ont déjà subi des moqueries désobligeantes ou des propos vexants au travail.
  • 53% des LGBT ayant eu récemment des pensées suicidaires en raison de leur orientation sexuelle ont subi des moqueries désobligeantes ou des propos vexants.
  • 26% des actifs n’ont pas désapprouvé les moqueries envers les LGBT.
  • 55% des LGBT ont entendu des expressions LGBTphobes dans leur organisation.
  • 84% des actifs soutiennent l’engagement de leur organisation.
  • 62% des actifs savent que leur organisation est signataire de la Charte.
  • 44% n’en connaissent cependant pas le contenu.
  • 6 LGBT sur 10 plébiscitent des actions de sensibilisation de l’encadrement et de l’ensemble du personnel pour améliorer l’inclusion.

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE