Les Pissotières

A leur arrivée en 1834 à Paris, les pissotières ont pour but de rendre la ville plus propre et plus saine. Adressée uniquement aux hommes, elle se popularise rapidement,...

A leur arrivée en 1834 à Paris, les pissotières ont pour but de rendre la ville plus propre et plus saine. Adressée uniquement aux hommes, elle se popularise rapidement, à tel point que 4000 toilettes sont installés dans les 20 arrondissements de la capitale, à 200 m d’intervalle l’un de l’autre. Pourtant, ce progrès dans l’hygiène cache d’autres pratiques entre hommes, au delà des simples petits besoins. Découvrez l’histoire qui se cache derrière l’utilisation particulière de ces vespasiennes.

Par Aldric Warnet

Traditionnellement nommées Vespasiennes, les pissotières tirent leurs inspirations des créations de l’empereur romain issu de la dynastie des Flaviens en 69 de notre ère, Vespasien. En France, les idées respectives d’instaurer des « brouettes à demeure » par le lieutenant François de Laverdy et l’industriel textile Gontran Paupot, en 1763, puis des « demi-barils » en bois par le lieutenant général M; de Sartines, en 1770 s’esquissent. Mais, c’est le comte Claude-Philibert Barthelot de Rambuteau, préfet de la Seine qui installe les pissotières à Paris. Interdites aux femmes, les toilettes publiques et ouvertes deviennent rapidement le premier lieu de rendez-vous et de sociabilisation entre membres de la population masculine. Un véritable espace de libertés et de rencontres naît, « plus libre que la zone libre » et « bulle ouverte à tous les fantasmes »

Retrouvez la suite de cet entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux en cliquant ici.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE