Communiqué : 130 réalisateurs queers s’engagent à boycotter le Festival du film LGBT “Tel Aviv Festival”

Plus de 130 réalisateurs de films LGBTQIA+ et artistes de cinéma de 15 pays ont signé un engagement inédit par lequel ils promettent de ne pas participer à TLVFest,...

Plus de 130 réalisateurs de films LGBTQIA+ et artistes de cinéma de 15 pays ont signé un engagement inédit par lequel ils promettent de ne pas participer à TLVFest, le Festival du film LGBT à Tel Aviv sponsorisé par le gouvernement israélien.

Les signataires déclarent que la libération des personnes LGBTQIA+ “est intimement liée à celle de tous les peuples et communautés opprimés” ; ils s’engagent “à ne pas faire concourir de films ni à participer d’aucune façon à TLVFest” ou à d’autres événements financés par le gouvernement israélien, “jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international et respecte les droits humains des Palestiniens”.

Les queers palestiniens ont appelé au boycott de TLVFest en raison de son rôle dans le programme israélien de pinkwashing, qui utilise les droits des LGBTQIA+ pour donner d’Israël une image progressiste visant à dissimuler les graves violations par cet Etat des droits humains – reconnus par les Nations unies – de millions de Palestiniens.

Parmi les signataires figurent Alain Guiraudie, nominé pour la Palme d’Or au Festival de Cannes, il déclare :

« Le gouvernement Israélien emprisonne le peuple palestinien depuis des décennies, le colonise, lui vole ses terres et ses ressources, lui nie son droit à exister en tant que nation. Le gouvernement Israélien reste sourd aux résolutions des Nations-Unies, l’Europe proteste parfois mollement contre cette politique coloniale. Finalement, le sort des Palestiniens, c’est le grand scandale de ce début de siècle. Toutes les initiatives culturelles permettent à Israël de se donner une respectabilité, une image d’État ouvert et tolérant. Le boycott reste maintenant la seule arme de lutte internationale contre la politique israélienne, la seule arme qu’il me soit donnée à moi de ne pas me rendre complice de cette oppression de tout un peuple. N’oublions pas que c’est un mouvement de boycott international qui a entraîné la libération de Nelson Mandela et à mettre fin à l’Apartheid en Afrique du Sud. »

La culture est devenue un champ de bataille croissant pour l’activisme pro-palestinien. Ces dernières années, les chanteuses Lorde et Lana Del Rey ont annoncé qu’elles annulaient leurs concerts en Israël.

La communauté LGBTQIA+ refuse de plus en plus souvent d’être instrumentalisée par Israël comme couverture de son oppression des Palestiniens, queers et non queers. L’année dernière, plus de cent groupes LGBTQIA+ dans le monde ont appelé à boycotter le concours de l’Eurovision en Israël ainsi que la Gay Pride de Tel Aviv sponsorisée par le gouvernement israélien.

Pour consulter l’appel et la liste complète des signataires : https://queercinemaforpalestine.org/

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE