Suzane, l’icône française qui parle à l’oreille de tou.te.s

Océane Colom, aka Suzane, fait ses débuts dans la chanson, en 2018. Pendant deux ans, la jeune chanteuse enchaîne les titres, parmi SLT, Anouchka, L’insatisfait et Ptit Gars, et...

Océane Colom, aka Suzane, fait ses débuts dans la chanson, en 2018. Pendant deux ans, la jeune chanteuse enchaîne les titres, parmi SLT, Anouchka, L’insatisfait et Ptit Gars, et se produit sur les grandes scènes et dans les festivals Français et étrangers. Aujourd’hui, elle est écoutée sur toutes les plateformes, son premier album rencontre un important succès. A l’occasion de sa tournée promotionnelle, elle revient sur sa carrière haute en couleurs.

Suzane, comment vous-êtes vous lancée dans cette carrière artistique ?

Je suis tombée amoureuse de la danse à cinq ans, lorsque j’ai assisté au cours de ma grande sœur. J’ai tout de suite adoré les corps qui bougeaient sur la musique. Vers 13-14 ans, je chantais entre deux cours, dans les vestiaires du conservatoire. C’est à ce moment que j’ai trouvé ma voie.

Au début, j’apprenais les textes de chanteurs Français comme Edith Piaf, Daniel Balavoine, Renaud, Barbara Butch. En sortant du conservatoire, quelques années plus tard, j’ai découvert l’électro : Vitalic, Justice, Daft Punk, Monsieur Oiseau, etc. Ca m’a permis de retrouver un peu de liberté.

Est-ce à ce moment que vous vous êtes dit « je veux concilier les deux variétés avec la danse » ?

Effectivement. Lorsque j’ai écrit mes premiers textes, mélanger l’électro, qui fait se lever les gens, qui les réunit et les fédère, avec la chanson française, puis d’y intégrer la danse, m’a tellement paru évident. Aujourd’hui, je le défends sur scène. Parce que cette musique, c’est moi, c’est Suzane

Retrouvez la suite de cet entretien dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux en cliquant ici.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE