Applis de rencontres, fléau ou bonheur au quotidien ?

...
Applis de rencontres
© Getty Images
Applis de rencontres
© Getty Images

A l’ère du numérique, les applis de rencontres prennent de plus en plus de place dans le quotidien des hommes. Pour une relation amoureuse, un plan-cul ou une rencontre amicale … Tous les prétextes sont bons. Pourtant, leurs utilisations ne sont pas sans danger, les risques sont importants, tant sur le plan physique que mental et sanitaire. Doit-on donc les bannir ou au mieux les encadrer ? Garçon Magazine vous explique tout.

Par Julien Antoine

Panorama des applis de rencontres :

Applis de rencotres

Betolerant

Lancé en 2010 par un jeune gay lyonnais, Wilfried Carbonell, cette appli est entièrement gratuite. Comme ses homologues payants et semi-gratuits, il offre les fonctionnalités standard propres à ce genre de site/appli, mais avec leurs propres mots : Messages, système d’authentification des profils, Like, recherche personnalisée et générale, Forums de discussions, etc. Les hommes et les femmes peuvent ainsi s’y retrouver, indépendamment de leur orientation sexuelle et leur identité de genre : gay, hétéro, bi, lesbienne, trans, non-binaire, notamment.

Applis de rencontres

Scruff

Fondée dix ans plus tôt, cette appli fait se rencontrer les hommes mature, poilus, sympas … et surtout étrangers. Depuis, elle met à bas les clichés sur les minorités ethniques (les blacks sont bien plus qu’un organe génital atypique) et les IST (sensibilisation sur le traitement préventif, La Truvada). Scruff offre ainsi un vaste panel de fonctionnalités, parmi les classements/catégories (nouveaux woofies, les plus woofés), le scruffmatch (qui propose chaque jour une sélection de mecs selon vos préférences) et Venture (qui permet de localiser les mecs dans 500 villes étrangères).

Grindr

Créée en 2009, l’appli n’est adressé qu’à la population LGBTQI+ masculine (gay, bi, bicurious, trans). Elle offre l’essentiel de ses fonctionnalités à titre gratuit mais propose également une version Xtra pour une utilisation plus pointue par ses usagers (et sans publicités) : système d’étoiles (like), blocage des profils, géolocalisation, système de photos privées, création de profils personnalisés, etc. Seuls les personnes âgées de plus de 18 ans peuvent se créer un compte.

Her

Lancé en 2016 c’est une des seules applications adressée aux femmes lesbiennes, bi, curious et queers. Son objectif se résume en trois mots principaux, à savoir rencontres, communautés et évènements. Ses fonctionnalités sont similaires aux autres réseaux de rencontre : chat, consultation de profils, like, personnalisation du profil, etc. Her possède une version gratuite et premium, selon que vous souhaitez en rester aux bases ou améliorer votre expérience de la rencontre.

Fem

Créée en 2015, c’est une application majoritairement gratuite. Comme ses homologues, elle propose les basiques de la rencontre entre personnes : discussions en groupe et en individuel, système de like, consultation de profils (en ligne et à proximité), mais aussi des événements, personnalisation de votre compte utilisateur. Une version premium vous permet d’affiner vos recherches, de ne pas avoir de publicités, de booster votre visibilité et de voir si les personnes consultent vos messages. 

Retrouvez la suite de cet imposant dossier dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux en cliquant ici.

Avatar

FERMER
CLOSE