100 ans de film porno (gay) 1/2, une longue histoire

En 1920, le premier film porno officiel de l’histoire connaissait un succès triomphant. Avant ça, des courts-métrages étaient produits dans le plus grand secret. Aujourd’hui, c’est donc difficile à...

En 1920, le premier film porno officiel de l’histoire connaissait un succès triomphant. Avant ça, des courts-métrages étaient produits dans le plus grand secret. Aujourd’hui, c’est donc difficile à croire, mais le porno fête son centenaire !

Article de Boner Magazine traduit depuis l’anglais

Avec l’émergence du cinéma dans les années 1890, le premiers film porno gay, muet et en noir et blanc, fait sa première apparition. Mais, ce n’est que vers 1915 qu’ils mettent en avant la nudité à l’état brut. Suivant cette approche, les productions pornos ont engagé le tournage de films en série durant les années folles. D’une durée de 10 minutes, ils étaient principalement projetés dans des cinémas itinérants et pendant des soirées gay-masculines. Dans le Berlin libéral des années 1920, ces cours portraits visuels et très sexuaisés deviennent populaires, appréciés pour leur côté très trash et extrême (bien plus qu’aujourd’hui). Rapidement, la tenue de conférences appelle à une mobilisation active contre le film porno gay, les gardiens de la moralité censurent à la chaîne ces films, jugés « vulgaires » et « sales ».

Pour contrer leurs détracteurs, les boîtes de production du cinéma itinérant présentent les adaptations en fin de soirée. Avec l’arrivée des socialistes nationalistes au pouvoir à Berlin, les concepts moraux et extrémistes affluent dans la pensée libérale. Les éminents réalisateurs perdent leur légitimité, les amateurs projettent de plus en plus de films au cœur de la scène underground. Après la seconde guerre mondiale, l’émergence du film en 8mm et au format super 8 marque le triomphe du film porno. Les nouveaux producteurs tournent davantage de films érotiques. A ce stade, les cinémas itinérants peinent à maintenir le succès dans leur approche au film porno, à savoir le sexe à l’état brut. L’institutionnalisation du cinéma porno annonce finalement leur déclin.

A lire aussi : Autotest, la solution pour se dépister

Vers la fin du désir secret

Durant les années 1970 et 1980, l’industrie du X connaît un important tournant avec l’arrivée de la VHS et de l’enregistreur dans les commerces vidéos, la consommation du porno à domicile devient possible. C’est un bond énorme pour la communauté gay, en terme de liberté sexuelle, qui n’a ainsi plus besoin de se réfugier dans les salles obscures. Le porno devient plus chic, respecté et travaillé, il devient plus innovant avec les nouveaux moyens de visionnage : le DVD, le Blu-Ray et le numérique. Les rémunérations à 50 dollars le film porno disparaissent. Aujourd’hui, la consommation du porno (il)légalement sur le net, depuis un smartphone, un ordinateur ou une tablette, est monnaie courante.

Plus d’infos :

Retrouvez l’imposant dossier sur les 100 ans du porno dans le magazine anglo-saxon, Boner Magazine … après le confinement.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE