Colombie, les LGBTphobies persistent encore

Une nouvelle étude sur les personnes LGBTQI+ en Colombie a été publiée, ce mardi 12 mai. Conduite par le William Institute (UCLA) et le Colombia Collaborative Projet, elle met...

Une nouvelle étude sur les personnes LGBTQI+ en Colombie a été publiée, ce mardi 12 mai. Conduite par le William Institute (UCLA) et le Colombia Collaborative Projet, elle met à plat des discriminations toujours présentes.

Profondément accablant. Dans cette nouvelle étude, une personne transgenre sur trois a révélé avoir subie une thérapie de conversion en Colombie. Pire encore, 21% des personnes sondées révélent « avoir reçu des traitement de quelqu’un qui souhaitait changer leur orientation sexuelle ou réassigner leur identité selon leur genre de naissance ». Le pourcentage atteint les 35% pour les personnes transgenres.

L’association médicale américaine a pointé du doigt l’impact de ces pratiques, jugées inefficaces pour de nombreux alliés des gays. « La Colombie est contradictoire quand il s’agit des vies LGBTQI+ », ont exprimé les partisans.

« D’une part, il y a eu d’importantes avancées sur les droits LGBTQI+. Mais, d’autre part, il continue d’y avoir de la violence et des discriminations contre les personnes LGBTQI+. Il y a aussi un risque continuel des renversement des droits acquis comme le mouvement conservateur s’oppose fermement à ces droits »

Par cette étude, l’institution scientifique entend alerter le gouvernement et les élus locaux. L’objectif, mettre en place des programmes de prévention et de prise en charge des victimes, ainsi que des politiques publiques. « [Encore aujourd’hui], la majorité des agressions physiques et verbales sont perpétrées par les acteurs de la société, incluant la police », expliquent les auteurs de l’enquête.

Un problème (aussi) professionnel

Une personne sur quatre confie avoir dû démissionné ou été viré de leur travail au cours de leur vie. De même, trois personnes sur quatre révèlent avoir subi des intimidations avant leur 18 ans. 60% des lesbiennes affirment avoir subi une agression verbale, constat qui augmente chez les gay (71%) et trans (76%).

Enfin, plus de la moitié des personnes sondées (55%) ont eu des pensées suicidaires à un moment de leur existence, quand une personne sur cinq a fait au déjà fait une tentative de suicide. « Ce n’est pas surprenant que les personnes sondées rapportent d’importants taux de pensées suicidaires et tentatives [de passage à l’acte] », exprime Jennifer Flórez-Donado, professeure à l’université Simón Bolívar (Venezuela), à l’agence Reuters. Sur les thérapies de conversion, elle ajoute que, « en tant que psychologue-clinicienne, des parents viennent me voir, chaque semaine, avec leurs enfants … pour que je puisse les rendre hétérosexuels » 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE