Outing au Maroc, l’influenceuse trans présente ses excuses aux LGBTQI+

L’influenceuse trans Turque, Sofia Taloni, avait engendré une vague d’outing contre les LGBTQI+ au Maroc, en avril dernier. Aujourd’hui blâmée pour les conséquences de son appel, elle s’excuse et...

L’influenceuse trans Turque, Sofia Taloni, avait engendré une vague d’outing contre les LGBTQI+ au Maroc, en avril dernier. Aujourd’hui blâmée pour les conséquences de son appel, elle s’excuse et justifie son action.

Un mois après le scandale LGBTphobe au Maroc, Sofia Taloni, a publié un message sur instagram pour s’excuser. « Mon intention était d’humaniser et de normaliser les personnes gay au Maroc pour que nous arrêtons de les considérer contre des marginaux », a-t-elle exprimé. « Je voulais véritablement que les habitants pensent aux gays comme à l’homme ou la femme d’à côté et qu’ils arrêtent de les regarder négativement ». Dans une interview par mail avec la Fondation Thomson Reuters, la jeune a femme a dit avoir profondément regretté son geste, qui n’était pas censé « viser les gay mais les rapprocher de la société mainstream ».

L’excuse n’enlève rien au drame

Au cours de la vidéo diffusée sur Instagram et Facebook, l’influenceuse trans avait appelé ses abonnés à télécharger des applis de rencontres. L’objectif était selon elle qu’ils voient combien de membres de leur famille, amis et voisins étaient gay. Sous de faux profils, certains marocain.e.s ont alors lancé une vague d’outing et de discriminations contre la communauté LGBTQI+. Quelques jours après, une mère de famille avait retrouvé son enfant mort, après qu’il se soit suicidé. Une enquête avait rapidement été ouverte par la police marocaine pour tenter de protéger les victimes. Grindr avait appelé les gays à prendre le plus de précautions possibles dans la diffusion d’informations personnelles.

Un membre de l’association LGBTQI+ Nassawiyat, qui a assisté les victimes d’outing, a affirmé que, plus qu’un pardon, Sofia Taloni devrait sensibiliser sur l’homosexualité et les transidentités. Sous couvert d’anonymat, un jeune marocain gay y a vu « un signe de maturité ». « Si elle s’excuse, c’est qu’elle a conscience de la souffrance des minorités dûe à son action. Nous ne sommes pas contre elle, mais elle a blessé beaucoup de personnes. Nous avons un réel problème avec le système et comment il construit des monstres et assimile l’homophobie et la transphobie ».

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE