Colombie, une femme trans meurt à cause des médecins

En Colombie, une femme trans, Alejandra Monocuco, est décédée de la COVID-19, vendredi 29 mai. En cause, des médecins ne l’ont pas soigné sur motif de sa séropositivité.  Une...
© Twitter/RedComunitariaTrans

En Colombie, une femme trans, Alejandra Monocuco, est décédée de la COVID-19, vendredi 29 mai. En cause, des médecins ne l’ont pas soigné sur motif de sa séropositivité. 

Une discrimination persistante. Alejandra Monocuco, une femme trans colombienne, est morte du coronavirus à Bogota, vendredi 29 mai. Informé de l’état de santé de la jeune femme, une équipe ambulancière s’était déplacé à son domicile à Santa-Fé. D’abord sur place, les médecins sont partis 40 minutes plus tard, sans prendre en charge la femme malade. La raison, “Quand le personnel ambulancier a su que Alejandra Monocuco avait le VIH, ils se sont retirés. Ils ont dit que ce n’était rien de sérieux”, a confié Juliana Salamanca, proche de la victime. Alejandra Monocuco a succombé à la maladie peu de temps après. Lorsque le service ambulancier est revenu, 15 heures plus tard, ils l’ont transporté de son domicile vers une maison funéraire. “Cette affaire montre [bien] la manière dont les personnes transgenres sont traitées à Bogota”, a ajouté la personne proche de la femme trans. 

A lire aussi : Nouvelle-Zélande, la première femme trans visible du monde récompensée

Une enquête ouverte 

Dans un tweet publié, le 31 mai, le secrétaire de la santé à Bogota a requis le lancement d’investigations autour de la mort de Alejandra Monocuco qui, je cite, “nous blesse et nous inquiète”. “J’ai donné l’ordre d’initier une enquête qui inclut l’écoute des équipes mobilisées et la documentation des preuves [autour de l’incident]”, a dit l’homme politique. “Les états de santé des personnes, les maladies dont elles souffrent, et leurs orientations sexuelles, politiques et culturelles ne peuvent être des barrières dans l’accès au système de santé et l’exercice de leurs droits”, a-t-il ajouté. 

Sur l’affaire, le ministère de la santé Colombien a de son côté, avancé que la victime avait signé des documents de refus dans la prise en charge médicale. Des militantes transgenres ont réfuté les faits avancés et ont exigé des preuves de ce qu’ils disent. Le mairesse de Bogota, Claudia Lopez, va prononcer un discours au cours d’une conférence de presse, ce lundi. Sous le hashtag #justicepouralejandra, la population Colombienne a réclamé que justice soit faite.

Source : PinkNews

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE