“Harcèlement de rue”, des icônes non-binaires se révoltent contre le “Cis-tème”

Avec Harcèlement de rue, 25 personnalités non-binaires s’élèvent contre le cis-tème. Signé Joss Jaycoff et Leo Adef, le court-métrage entend ébranler les consciences sur leur situation. “Imaginez juste une...

Avec Harcèlement de rue, 25 personnalités non-binaires s’élèvent contre le cis-tème. Signé Joss Jaycoff et Leo Adef, le court-métrage entend ébranler les consciences sur leur situation.

“Imaginez juste une seconde ce que c’est d’être dans notre corps.” Diffusé lundi 1er juin, Harcèlement de rue donne la parole à 25 personnalités, parmi les initiateurs du projet. En portes-paroles de la non-binarité, ils ont tour à tour dénoncé les discriminations et les violences dont ils font les frais “à l’intérieur et à l’extérieur de notre communauté.. “A chaque fois que nous quittons notre domicile, notre coeur s’accélère parce que nous sommes exposés à des tenues inconfortables, des doigts pointés, des agressions physiques et verbales.”, peut-on entendre dans le court-métrage. 

Avec Harcèlement de rue, Joss Jaycoff et Leo Adef illustrent des portraits tels qu’iels le voient et interprètent. Parmi euxlles, des personnes de toute origine, seules et abandonnées de tou.te.s, expriment sans cache leur corps et leurs souffrances. C’est là une manière de mettre la communauté à nu pour mieux poser les jalons d’un problème bien plus profond.

Alerter sur leur situation

Avec Harcèlement de rue, les initiateurs du projet entendent ébranler un monde (et ses consciences) dominé par des hommes cisgenres. “C’est tellement facile pour [eux] de dire que nous [jouons] les victimes et que nous devons l’intérioriser pour ne pas attirer l’attention”, avant de reprendre “En tant que personne cisgenre, la société vous autorise à naviguer et exister dans les espaces publics sans qu’il n’y ait de répercussions. [Pourquoi pas nous ?]. L’objectif est alors clairement affiché et significatif :  déconstruire une réalité basée sur les stéréotypes de genre. 

A lire aussi : #jesuisintersexe, des personnes témoignent

Dans une conclusion haletante, c’est un appel aux allié.e.s de la cause qui se met en place. “Si vous êtes témoins de tout type forme de harcèlement public, signalez le tel qu’il s’est passé, discours ou crime haineux, c’est votre responsabilité d’y mettre fin« . Car, la discrimination n’est pas le seul enjeu pour une personne affectée. Poignant !

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE