Roumanie

Roumanie, une première femme trans se lance en politique

Une première femme trans, Antonella Lerca, a annoncé sa candidature pour la mairie du 2e district, à Bucarest (Roumanie), mardi 21 juillet. Par sa campagne politique, elle entend représenter...
Roumanie

Une première femme trans, Antonella Lerca, a annoncé sa candidature pour la mairie du 2e district, à Bucarest (Roumanie), mardi 21 juillet. Par sa campagne politique, elle entend représenter le mieux possible la communauté LGBTQI+. 

Inédit ! Une première femme trans, Antonella Lerca, s’est lancée dans la course pour le 2e district à Bucarest, mardi 21 juillet. En personne concernée, elle entend représenter la cause de la communauté LGBTQI+ dans la capitale de Roumanie avec sa campagne. “J’en ai assez des hommes blancs, riches et privilégiés qui prennent des décisions pour les communautés vulnérables.”, a-t-elle confié à Pink News. “Nous n’avons aucune personne issue de la communauté LGBTQI+ dans la politique roumaine. je fais face à beaucoup de personnes conservatrices”, a-t-elle rétorquée pour le média. 

Depuis huit ans, Antonella Lerca, âgée aujourd’hui de 30 ans, milite en faveur des minorités ethniques et identitaires. Ses actions sur le terrain lui ont permis d’acquérir une grande expérience nécessaire à son engagement politique actuel. “J’ai rencontré de nombreuses communautés vulnérables. [En ce sens], ma vie entière et ma longue expérience m’a donné le pouvoir de prendre cette décision”, a exprimé la jeune femme. 

En finir avec l’injustice 

En juin dernier, le Sénat a validé une loi pour interdire l’enseignement de “l’identité de genre” dans les écoles roumaines. Le président Klaus Iohannis s’était opposé à l’adoption de la réforme, sa position n’avait pas été prise en compte. “Le vieile état politique a prouvé la mauvaise gestion ces derniers mois et qu’un grand changement est nécessaire”, a souligné Antonella Lerca En conséquence Antonella Lerca entend faire pression pour favoriser le changement sur différents sujets, comme les transidentités, la pauvreté et le travail du sexe.

La jeune femme propose différentes mesures, parmi un système de protection sociale, un fond d’investissement immobilier ou des programmes éducatifs. Des personnes ont apporté leur soutien à son programme, mais elle doit atteindre 2000 signatures pour valider sa candidature. En amont, la potentielle élue a lancé une campagne de crowdfunding pour financer ses prochaines actions. En ce sens, vous pouvez y découvrir l’intégralité de ses propositions pour le 2e district de Bucarest.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE