russie propagande homosexuelle

Russie : des profs invités à dénoncer leurs élèves « pro-LGBT »

Des enseignants Russes ont été chargés d’enquêter sur les réseaux sociaux de chaque élève de leurs classes, afin de repérer les jeunes « pro-LGBT ». Le but : les...
russie propagande homosexuelle
Crédit photo : Keystone

Des enseignants Russes ont été chargés d’enquêter sur les réseaux sociaux de chaque élève de leurs classes, afin de repérer les jeunes « pro-LGBT ». Le but : les dénoncer auprès du Ministère de l’Intérieur et espérer des sanctions.

Bien qu’elle soit déplorable, cette pratique n’est pas nouvelle en Russie. La loi de « protection des enfants contre les informations qui favorisent le déni des valeurs traditionnelles de la famille » continue de donner du fil à retordre aux jeunes Russes. Récemment, l’association Russian LGBT Network a souhaité dénoncer cette nouvelle pratique qui aurait pris place au printemps dernier.

Dans un district de Saint-Pétersbourg, des enseignants ont eu pour instruction de surveiller les réseaux sociaux de leurs élèves. Ces jeunes ont donc vu toutes leurs publications être passées au peigne fin par leurs professeurs. Ils sont à la recherche de quelconque symboles liés à la « propagande LGBT ». Ceux-ci doivent ensuite rédiger un dossier avec des preuves, ainsi que les coordonnées de l’enfant et ses caractéristiques. Tout cela est transmit au Ministère de l’Intérieur, qui jugera si oui ou non l’enfant mérite d’être poursuivi. Selon l’association Russian LGBT Network, la direction du district scolaire de Nevsky assume cette pratique et la justifie. Cette « observation » aurait pour unique but la « protection » des élèves.

Une pratique illégale

Cette mesure inquiète l’association Russian LGBT Network, et pour cause. L’ONG considère cet espionnage comme illégal et craint l’importance des conséquences sur les jeunes Russes. La porte parole de l’ONG Svetlana Zakhavora a déclaré : « Il est inacceptable que le fait de partager un drapeau arc-en-ciel soit équivalent à une infraction punissable légalement ».
En septembre 2019, ce sont les universités Russes qui avait été visées par cette pratique « anti propagande homosexuelle ». Le Moscow Times avait, à l’époque, dénoncé cette traque, visant à « traquer d’éventuels délits », mais également à « évaluer la moralité » des enfants.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE