professeur de droit

Un professeur de droit tient des propos LGBTphobes à la Sorbonne

Un professeur de droit à Panthéon-Sorbonne a tenu des propos LGBTphobes, mardi 29 septembre. Devant des dizaines d’étudiants, il a notamment lié le mariage pour toutes et tous à...

Un professeur de droit à Panthéon-Sorbonne a tenu des propos LGBTphobes, mardi 29 septembre. Devant des dizaines d’étudiants, il a notamment lié le mariage pour toutes et tous à une union zoophile. 

Outrageant ! Un professeur en droit de Panthéon-Sorbonne, Aram Mardirossian, a fait des déclarations LGBTphobes, mardi 29 septembre. Pendant un cours en amphi, l’enseignant a notamment fait un parallèle entre le mariage pour toutes et tous et une union zoophile. « Quel est le fondement ? Le fondement, ça a été de dire qu’un homme et une femme qui peuvent se marier, c’est discriminant, alors que de dire que deux hommes ou deux femmes ne puissent pas faire de même. Sur un plan juridique, ça a été l’argument principal.« , a-t-il notamment exprimé. Les étudiants ont filmé la scène discriminatoire, des vidéos ont envahi la toile. 

A lire aussi : Une étudiante trans se suicide à Montpellier

Sans que les étudiants présents ne puissent intervenir, Aram Mardirossian a été très virulent envers la communauté gay. « Demain, après demain, il va y avoir quelqu’un, c’est obligé, (…) qui va aller devant un tribunal et va dire ‘je suis discriminé, j’ai une jument, je l’adore. Je ne peux pas l’épouser, c’est un scandale’ (…) ça va venir, c’est obligé.« , a fustigé le professeur. Pourtant, le fonctionnaire de l’éducation national ne s’est pas arrêté là et s’en est également pris aux personnes trans. « La semaine dernière ou il y a quinze jours, la Cour de Cassation a mis un petit frein. C’était quelqu’un qui était une femme, enfin je ne sais plus. C’était un homme… J’ai oublié si c’était d’abord un homme, une femme… Ah si, c’était un homme qui a engrossé sa femme (sic) et entre temps, il a changé de sexe (sic)… Un truc complètement délirant. Des portes sont ouvertes, il n’y a plus de limites. (…) C’est l’homme tout puissant« , a-t-il lâché devant ses étudiants. 

Un acte à condamner

La même journée, la direction de la première université de France a condamné les propos du professeur. “L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a une vocation universelle. Elle est un lieu qui accueille et respecte chacun, sans distinction selon ses origines, sa religion, ses opinions ou son orientation sexuelle« , écrit-elle dans un communiqué. Le président intérimaire de l’université a rappelé Aram Mardirossian à l’ordre. « Les principes de liberté d’expression et d’indépendance des professeurs d’université, aussi fondamentaux qu’ils soient, ne sauraient abriter des propos de nature discriminatoire.”, peut-on encore lire dans le communiqué. En conséquence, l’université a saisi la référente aux discriminations, Anne-Marie Leroyer, pour le démettre de ses fonctions. Mais, aucune sanction n’a encore été prise contre le professeur de droit, pour le moment. 

Pour Têtu, un étudiant de la Sorbonne, Loic, a souligné que ‘ce n’est pas un cas isolé”. “Plein de professeurs de droit utilisent des rhétoriques homophobes et transphobes dans leurs cours, notamment au sein du master du droit de la famille« , a-t-il confié. De son côté, l’association LGBTQI+ et étudiante, Queer Sorbonne va porter plainte contre l’enseignant. Elle a également demandé à l’université de mettre en place des formation sur les questions LGBTQI+ pour les professeur.e.s. 

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE