calendrier drag

CALENDRIER DRAG, LE PROJET QUEER ET CARITAIF QU’ON ATTENDAIT

...
calendrier drag

La scène drag ne cesse de se renouveler et d’évoluer depuis plusieurs années en France. Drag-kings, drag-queens, drag-queers, clubkids… Autant de manières différentes de déjouer et déconstruire les codes du genre. Les figures emblématiques de la scène drag française se sont réunis autour d’un projet inédit de calendrier drag. 

Depuis quelques temps maintenant, le drag s’est installé dans la culture pop : entre programmes TV et exposition sur les réseaux sociaux, on ne peut plus y échapper. Le drag représente aussi un acte politique car jouer avec le genre est une rébellion dans notre société. A notre époque, plus personne ne se cache pour se maquiller ou s’habiller comme il le souhaite. C’est dans cet état d’esprit qu’est né ce projet de calendrier drag, rassemblant plus d’une centaine de bénévoles du paysage queers : artistes drags, illustrateurs, photographes, graphistes… Leur but est commun et a surtout une dimension caritative importante.

Les associations ACCEPTESS-T, GAGL45, Helem, Kap Caraïbes et Ardhis bénéficieront des fonds récoltés. Si ce projet pouvait devenir un exemple pour les communautés queers à travers le monde, ça ne serait qu’un plus. Ce projet a été réalisé sous la forme d’un calendrier pour l’année 2021. Chaque mois, un thème est défini, et huit drags poseront en photo dans une mise en scène de groupe. 

A lire aussi : DRAG, PLONGÉE ILLUSTRÉE DANS UN VÉRITABLE PHÉNOMÈNE

Jean Ranobrac a photographié toutes les créatures dans son studio. Celui-ci travaillera avec des illustrateurs queers qui incrusteront ces photographies dans des décors rattachés à chaque thème. Les saints et les fêtes religieuses n’apparaîtront pas dans ce calendrier. Toutefois, les dates importantes des luttes LGBTQIA+ et féministes viendront les remplacer.

Qui est la tête d’affiche du calendrier ?

Bambi – de son vrai nom Marie-Pierre Pruvot – a accepté de participer à ce projet et sera donc en couverture du calendrier. Cette figure emblématique de la scène drag a fait ses débuts dans les années 50, à l’âge de 18 ans, comme meneuse de revue chez Madame Arthur et au Carrousel de Paris. À cette époque, un homme n’avait pas le droit de porter des vêtements féminins, des arrestations avaient même souvent lieu. 

Retrouvez la suite de l’article sur ce projet novateur dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux en cliquant ici.