Puy-de-Dôme : condamnation de deux hommes pour l'agression d'un couple gay

Puy-de-Dôme : condamnation de deux hommes pour l’agression d’un couple gay

Lundi 5 octobre, deux hommes ont été condamnés pour avoir commis des violences homophobes à l’encontre d’un couple gay à d’Issoire (Puy-de-Dôme) en mai 2019. A l’époque, il avait été...
Puy-de-Dôme : condamnation de deux hommes pour l'agression d'un couple gay
Image par Arek Socha / Pixabay 

Lundi 5 octobre, deux hommes ont été condamnés pour avoir commis des violences homophobes à l’encontre d’un couple gay à d’Issoire (Puy-de-Dôme) en mai 2019. A l’époque, il avait été prescrit plusieurs jours d’ITT (Incapacité temporaire de travail) aux deux victimes.

Le couple composé de deux hommes venait de s’installer sur une aire d’accueil des gens du voyage à Issoire, dans le Puy-de-Dôme. Ils ont alors été les victimes d’une violente agression par des occupants du terrain, en mai 2019. Selon le journal La Montagne, les deux hommes ont été jugés pour ces faits le lundi 5 octobre. Lorsque le couple est arrivé sur l’aire accueil, un panneau affichant un message homophobe les attendait. L’une des victimes a prit la parole au tribunal : « J’ai pris ça pour de la rigolade. Je connais pas mal de gens dans ce camp », a t-il déclaré.

Mais visiblement, certains occupants du camp, eux, n’était pas là pour plaisanter. L’avocate de la partie civile a déclaré : « Ils ont été véritablement lynchés ». Les coups reçus par les deux compagnons leur ont coûté plusieurs jours d’ITT (Incapacité temporaire de travail). Des gendarmes avaient dû intervenir pour stopper l’agression, également pour placer les deux hommes en sécurité.

Les accusés refusent d’être appelés « homophobes »

Lundi, les deux agresseurs (20 et 39 ans) ont formellement nié être homophobes devant le tribunal. L’un des accusés a tout de même tenté de justifier ses actes selon La Montagne. : « Ils se sont embrassés devant tout le monde, devant les enfants, faut quand même du respect ». Il s’agit du plus agé des deux. Il a écopé de six mois de détention à domicile sous surveillance électronique. Le second accusé a lui été condamné à six mois de prison avec sursis, et devra effectuer 210 heures de travail d’intérêt général. De plus, chacune des victimes sera indemnisée à hauteur de 8 500 €.

Selon le journal local, le fils – mineur – de l’un des agresseur sera prochainement entendu par le tribunal pour enfant. Il aurait, lui aussi, participé à l’agression du couple.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE