JOSETE MASSA, UNE MAISON DE LA DIVERSITÉ ARRIVE EN ESPAGNE

L’idée d’une maison de retraite pour les séniors LGBTQI+ est née d’une invisibilisation de la communauté en raison de l’âgisme. En 2010, Federico Armenteros imagine donc le concept de...
Josete Massa

L’idée d’une maison de retraite pour les séniors LGBTQI+ est née d’une invisibilisation de la communauté en raison de l’âgisme. En 2010, Federico Armenteros imagine donc le concept de Josete Massa. Pendant dix ans, l’activiste concrétise le projet, pas à pas. Aujourd’hui, la fondation du 26 décembre s’apprête à ouvrir les portes de la maison de retraite LGBTIQ+. Federico Armenteros revient aujourd’hui sur les coulisses du projet.

La réalisation du projet Josete Massa a commencé il y a dix ans. Pourquoi était-il si long avant l’ouverture prochaine ? 

Lors de la création de la Fondation du 26 décembre, il y a 10 ans, nous avons pensé à construire une résidence dans la commune de Rivas (Madrid). Mais avec le projet en main, nous n’avons pas obtenu le financement nécessaire. En 2018, la Communauté de Madrid, et conformément à la loi 3/2016 de la Communauté de Madrid, nous a donné un bâtiment public que, depuis lors, nous avons restauré et conditionné pour pouvoir l’ouvrir au début de 2021. Nous pouvons dire par À tel point que le projet actuel démarre à partir de 2018 et pour des raisons administratives et maintenant à cause de la COVID-19, la date d’achèvement et de démarrage a été retardée de quelques mois. 

A lire aussi : PHILIPPE VINARD “VIVRE EN HABITAT PARTAGÉ M’A PERMIS D’AVOIR UNE NOUVELLE VISION DE LA VIEILLESSE”

Quelles ont été les étapes ? 

Après le projet initial de la résidence Rivas, la Fondation 26 de Diciembre ouvre le premier centre social dédié aux seniors LGTBIQ+ dans le quartier Lavapiés, à Madrid. C’est là que la connaissance de la réalité du groupe des personnes âgées LGTBIQ+ s’approfondit, et nous nous retrouvons avec la pauvreté, de l’isolement et de la santé précaire. De 2014 à 2018, nous avons fait du travail politique et social pour assister, responsabiliser et rendre cette réalité visible. Nous avons lancé des projets de soins professionnels dans les domaines du logement, de l’alimentation, du service d’aide à domicile ou du volontariat (comme moteur d’entraide). Avec ce travail de base, nous avons démarré un nouveau projet de soins en établissement, bien que cette fois nous ayons exigé l’implication de l’administration publique. C’est alors qu’ils nous donnent le bâtiment et que nous retrouvons le chemin initial avec plus de force. 

Retrouvez la suite de l’interview sur Josete Massa dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible chez votre marchand de journaux en cliquant ici.

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE