La Drag-queen de la semaine : Mado Lamotte

Mado Lamotte fait ses débuts dans les bars de Montréal, 33 ans plus tôt. En bonne “danseuse à gogo”, la drag-queen anime les lieux à la mode, crée ses...
Mado Lamotte

Mado Lamotte fait ses débuts dans les bars de Montréal, 33 ans plus tôt. En bonne “danseuse à gogo”, la drag-queen anime les lieux à la mode, crée ses propres spectacles et se produit même dans les grands festivals. Aujourd’hui, elle possède son propre cabaret dans le village à Montréal. Pour Garçon Magazine, elle se confie.

Mado Lamotte est … 

Un personnage haut en couleurs, une excentriques extravagante, une star de la scène et une bitch sympathique.

Mado, c’est la grande classe ! Je l’avoue humblement, mais je suis probablement la drag-queen avec la plus grosse collection de vêtements, perruques, souliers et bijoux

A-t-elle une drag family ? 

Oui. Je suis la première de ma lignée. J’ai engendrée trois filles qui ont à leur tour eu des enfants, qui ont eu des enfants. 

Aujourd’hui, je suis arrière-arrière grand-mère. Vous comprendrez donc que j’ai renié toute ma famille. Je n’ai pas envie qu’on m’appelle arrière-arrière mamie.

Qu’a-t-elle de plus que Luc ? 

Une grand gueule et une garde-robe spectaculaire ! (rires). Mado se permet de dire ce que son alter-ego n’oserait pas. Et puis, une bonne vacherie, ça passe toujours mieux dans la bouche d’une drag-queen.

Aujourd’hui, Mado est-elle une drag-queen accomplie ? 

Oui et non. Je me fixe toujours de nouveaux objectifs pour ne pas me blaser du métier. Mais, quand je regarde le passé, je réalise que j’ai accompli la plupart des buts que je m’étais fixés et au delà-même.

A lire aussi : PAINT, le média qui traite de tous les sujets

Vous m’auriez dit un jour que j’aurais ma statue au musée Grévin de Montréal, je vous jamais cru. Mais, oui. Elle est bien là, juste à côté de Lady Gaga et pas très loin de Céline Dion.

Une phrase qu’elle ne cesse de prononcer ? 

“Rentrez chez vous, on vous a assez vu !” (je plaisante). Sur scène, je me surprends à ressortir de vieilles expressions de mon père : “Eh bout d’viarge” ou encore “bâtard de bâtard”.

Plus jeune, je disais beaucoup, “tu vois ben qu’est folle ! C’est d’ailleurs devenu le titre d’un livre que j’ai publié (rires).

Mado a-t-elle une drag best friend ? 

Plusieurs, mais je n’en fréquente aucune. C’est meilleur pour ma santé mentale ! (rires). Sérieusement, il y a ma soeur Nicole et meilleure amie dans la vie, mais aussi ma coanimatrice Nana, avec qui je travaille depuis 30 ans.

J’aime beaucoup LaDiva Live (Qu’est-ce qu’il ne faut pas dire pour avoir des contrats, rires). Il y a aussi la très charmante Catherine d’Ox.

Où peut-on trouver Mado Lamotte, en ce moment ?

Pendant le confinement (au Canada, ndlr), je présente des spectacles virtuels sur une plateforme payante, histoire de payer mon loyer et la multitude de pots d’Häagen Dazs. 

Je tourne aussi des capsules vidéos humoristiques que je diffuse sur mes pages Facebook et Instagram (Oui, la vieille est branchée !)

Le mot de la fin ? 

J’espère que le printemps 2021 saura me ramener vers vous, mes adorés fans français, pour un spectacle en live. En attendant ce jour béni des Dieux, je vous invite à vous abonner à mes réseaux (ceux-ci haut, mais aussi sur Twitter et YouTube)

Avatar

Vous aimerez aussi :

FERMER
CLOSE