Pleins feux sur … La Pride de Marseille

...
Pride de Marseille

Du 28 août au 5 septembre, la pride week a animé la ville de Marseille. Une manifestation qui, en cette situation particulière, a apporté une grande visibilité à la communauté LGBTQI+ locale.

Particulier ! 

Dans le contexte particulier de la COVID-19, le collectif d’associations LGBTQI+ a réussi à maintenir la pride à Marseille. Pendant une semaine, du 28 août au 5 septembre, la manifestation a alterné la tenue d’événements virtuels et physiques. Un succès qui répond parfaitement à la demande des associations “d’être visibles dans l’espace public et de faire ressortir leurs revendications”. “C’est une des années où nous avons été les plus visibles. on a eu énormément d’articles, une très bonne couverture. Nous sommes également sur tous les panneaux d’affichages de la ville, et dans les transports en communs, sur les réseaux sociaux.”, a confié Philippe Amidieu, porte-parole de Pride Marseille. La pride s’est tenue jusqu’au samedi 5 septembre. 

Mettre fin aux injustices

Pour sa manifestation hebdomadaire, Pride Marseille a repris du mot d’ordre de la Global Pride, Existe – Persiste – Résiste. Un moyen, pour le collectif LGBTQI+ de rappeler les inégalités et les discriminations qui sont encore présentes sur le territoire. 

“EN FRANCE, 24% DES PERSONNES LGBTQI ONT DES PENSÉES SUICIDAIRES (CONTRE 7% DANS LA POPULATION GÉNÉRALE) : Le bien-être des personnes LGBTQI reste toujours fragile. La jeunesse est loin d’être dorée pour notre communauté plurielle. Ce sont les plus jeunes qui sont particulièrement touché.es.”, ont ainsi rappelé les organisateurs, reprenant le rapport 2020 de SOS Homophobie. 

A lire aussi : PAINT, le média qui traite de tous les sujets

Forte de son slogan, “N’oubliez pas nos luttes pour l’égalité des droits”, la Pride de Marseille a orienté une grande partie de sa mobilisation autour de l’intersectionnalité et de la diversité intra-communauté. Cette prise de position n’est, en ce sens, pas sans rappeler les inégalités toujours présentes dans le contexte de la pandémie et du mouvement #blacklivesmatter. “Marseille est depuis sa fondation vers 600 avant JC une terre d’immigration et de refuge, une cité multiculturelle.”, a confié le comité de pilotage de la Pride Week. 

Retrouvez la suite de l’article sur la pride de Marseille dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Avatar

FERMER
CLOSE