Andreas Giesen, un danseur engagé et fier de ses couleurs

...
Andreas Giesen
© Marion Colombani

Andreas Giesen est un jeune danseur de 28 ans, d’origine allemande, algérienne et française. Résultant d’un rêve d’adolescent, l’artiste a dû travailler dur et surmonter les épreuves avant de présenter sa passion sur la scène. Aujourd’hui, il a pu aboutir son projet et continue son ascension. 

[S’]Inspirer ! Dès son premier pas qu’il fait, Andreas Giesen oublie ce qui l’entoure pour se dévouer sans limite à la danse et faire passer une émotion, là où le mot ne le peut pas. “[La danse] forge le caractère, la discipline et le goût du travail accompli.”, confie-t-il. Chaque prestation le ramène parfois à sa première fois sur scène pour y incarner des histoires, sous le regard bienveillant et motivant de ses parents. Un moyen d’y constater les changements qu’il a opérés dans son art, en particulier dans la discipline “sportive” et la technique (jazz, moderne, hip-hop, vogue, etc.) qu’il apporte. “Je me sers de la danse pour montrer qui je suis, de manière très instinctive Alors, quand j’en ai l’occasion, je danse sur ce qui me plait.”, exprime le jeune artiste. Dans sa finalité, la danse constitue, pour Andreas Giesen, “une façon de lutter contre les clichés, du genre « la danse c’est pour les filles” etc”. “Si je peux faire un peu évoluer les mentalités alors j’ai fait mon job.”, explique-t-il. Magnifique !

Un art unique, réservé à la scène

A chaque montée sur scène, Andreas Giesen ressent des sensations incroyables : le frisson, la chaleur des projecteurs, la puissance de l’orchestre et l’énergie de l’orchestre et du public. “Il y a des angles, une prise d’espace et une façon de prendre la lumière qui est frontale et dédiée à un public.”, explique le jeune artiste. “C’est l’essence même du métier.”, ajoute-t-il. Sans que ça ne remplace le contact avec la scène et le public, il s’entraîne six heures par jour en studio et partage de temps à autre quelques chorégraphies sur son compte Instagram. “J’espère inspirer et donner envie à des hommes comme à des femmes de bouger et d’entrer dans la danse.”, exprime-t-il, précisant toutefois son souhait de voir les théâtres rouvrir. 

A lire aussi : L’homme de la semaine : Flavien Esmieu

Autour de partenariats avec des marques et des médias, l’artiste allie la danse et la mode qui sont pour lui un perfect match. “C’est aussi une façon de construire des ponts entre les arts pour en créer une nouvelle forme.”, ajoute-t-il, précisant ainsi le moyen de sublimer un mouvement et de transcender un vêtement. Dans son amour pour le dessin, il projette de poser en dansant pour une de ses amies, artiste-peintre. “J’ai vraiment hâte.”, confie-t-il.

La question en plus à Andreas Giesen : Comment se déroule une journée-type pour vous ?

Je me lève vers 09h du matin, je fais quelques exercices et je petit-déjeune. Ensuite, selon mon emploi du temps, je vais répéter pendant environ cinq heures en studio ou bien je vais aller à des rdv en bureau de presse ou pour un casting. Enfin, vers 19h30, c’est spectacle jusqu’à 23h environ. Avec le covid, ça s’est un peu calmé. Espérons que ça reviendra vite à la normale.

Plus d’infos : 

En plus de la danse, Andreas Giesen fait aussi du modeling. Par la suite, il envisage de se lancer dans une carrière de comédien. Pour découvrir l’univers de l’artiste, rendez-vous sur son compte Instagram

FERMER
FERMER