Mexique : une rave-party finit à l’eau

...

A Puerto Vallarta (Mexique), une rave-party illégale a fini à l’eau, jeudi 31 décembre. Aucun participant n’a eu de blessures. 

Mexique

Non sans conséquences ! Organisée à Puerto Vallarta, au Mexique, une rave-party illégale s’est terminée à l’eau, le soir du réveillon de l’an. En cause, les conducteurs du bateau de soirée n’ont pas su manier les commandes du véhicule, alors que l’eau n’était pas agitée. “J’ai vu au moins 10 bateaux venir à notre secours. J’ai sauté dans un bateau privé dans lequel les propriétaires étaient assez généreux pour envoyer le capitaine sauver les autres participants. C’était une situation quelque peu effrayante.”, a confié un des naufragés de cette soirée. Il n’y a eu aucun blessé au cours de cet incident. Ce qui a permis, en ce sens, de ne pas engorger les hôpitaux, qui prennent en charge les patients atteints de la Covid-19. Heureux dénouement ! 

A lire aussi : Garçon News : cinq infos brèves à ne pas manquer

En début de semaine, un promoteur de soirées événementielles américain, Jeffrey Sanker, a relayé un événement confidentiel sur ses réseaux sociaux. Dans son annonce, le professionnel a énoncé ses recommandations, parmi lesquelles notamment l’interdiction de prendre des photos et vidéos ou encore de garder l’adresse secrète. Ces prérequis n’ont finalement pas été respectés. En effet, certains invités ont rapidement partagé l’événement publiquement, permettant aux médias de s’emparer de cette information. Conséquence de cet incident, certains médias LGBTQI+ américains n’ont pas lésiné sur les critiques contre l’organisateur de la soirée, allant jusqu’à le qualifier de “superspreader”.

Un ancien patient covid dans le viseur

Lanceur d’alerte actif depuis quelques semaines, le compte Gaysovercovid ont dénoncé l’acte insouciant de Mike Schultz. En cause, l’ancien patient a été l’un des premiers à convier sa communauté à Puerto Vallarta, au Mexique. « J’ai peut-être une piste. Restez connectés ! », a-t-il notamment déclaré, dans une publication rendu officielle par Instinct Magazine. Face à cette révélation, les commentaires ont fusé, allant jusqu’à fustiger l’inconscience de ce dernier, ayant eu d’importantes séquelles liées à la covid-19.

Parallèlement à cela, le groupe a également pointé du doigt la rave party brésilienne. Mardi 29 décembre, la police a en effet mis fin à une rave party à Rio de Janeiro, au Brésil. En cause, des milliers d’hommes gays ont transgressé les règles sanitaires pour se rencontrer. Cette intervention a fait suite à des plaintes pour troubles de voisinage. Les organisateurs de cette soirée clandestine ont passé la nuit au commissariat. Ils ont dû s’expliquer sur les manquements aux règles, qu’ils avaient pourtant notifiés sur la page de l’événement. Sur la toile, la soirée a attiré les regards de la communauté, amenant son lot de critiques et soutiens. 

Avatar

FERMER
CLOSE