transidentité

Transidentité : une journaliste assume sa position

...
transidentité
Crédit photo : Capture d’écran TF1

Sur France Inter, la journaliste de TF1, Audrey Crespo-Mara, a assumé son traitement de la transidentité, jeudi 31 décembre. Cette position intervient quelques mois après qu’elle ait animé un documentaire sur la transidentité. 

Une position assumée ! Vendredi 31 décembre, la journaliste de TF1 Audrey Crespo-Mara a pris la parole dans L’instant M, sur France Inter. Au cours de l’émission, la professionnelle a continué à traiter de manière problématique la transidentité. « Lilie serait née petite fille, il n’y a pas d’histoire à raconter. Il y a huit ans, un enfant né garçon s’appelle (deadname). Au fil des années, cet enfant explique à ses parents qu’il estime être une petite fille enfermée dans un corps de garçon. L’histoire que j’ai à cœur de raconter, c’est celle de ce petit garçon qui affirme être une petite fille. Lilie serait née fille, il n’y avait pas d’histoire« , a-t-elle déclaré au micro de Dorothée Barba.

A lire aussi :

En septembre dernier, Audrey Crespo-Mara a relaté l’histoire de Lilie. A l’école et au sein de sa famille, la journaliste illustre les difficultés que rencontre la jeune fille trans. Dès sa diffusion sur TF1, ce récit de vie émeut la France entière. Pourtant, le traitement de ce sujet ne passe pas inaperçu au sein du tissu militant LGBTQI+. “Au lieu de porter le sujet de la transidentité, cette émission cherche à créer le buzz en éveillant une curiosité malsaine. Ils portent un sujet vital, mais le réduisent à un drame et finalement, renforcent la transphobie en cristallisant une image de souffrance.”, fustige Giovanna Rincon, présidente d’Acceptess-T, à Têtu. « Les personnes trans n’ont pas besoin qu’on leur rappelle leur prénom de naissance ni qu’on fétichise ce qu’elles ont dans la culotte« , déplorait-elle auprès du média.

L’AJL monte au créneau

Un jour après la diffusion de l’émission, Rachel Garrat, Valcarcel, co-présidente de l’AJL, a dénoncé la position de la journaliste. “Une nouvelle fois @audrey_crespo persiste et signe après son horrible interview de la mère de Lily dans « Sept à huit » il y a quelques mois. Ce matin dans « L’Instant M » elle insiste encore lourdement sur « ce garçon, né garçon » et sur le deadname. Mais n’avez-vous pas honte ?”, a-t-elle fustigé sur Twitter. 

A ce titre, la journaliste de 20 minutes a rappelé que l’utilisation des bons mots pour considérer la transidentité n’a rien d’un acte militant. De même, la professionnelle et militante rappelle que cette initiative ne joue pas sur traitement journalistique d’une information.

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER