droits trans

Droits trans : une députée va déposer une proposition

...
droits trans

La députée du Nord, Valérie Petit, va déposer une proposition de résolution sur les droits trans, courant janvier. La femme politique entend ainsi mettre en place une meilleure sensibilisation dans les institutions. 

Pour un cadre bienveillant ! L’élue parlementaire du Nord, Valérie, a annoncé la déposition d’une proposition de résolution sur les droits trans, courant janvier. En deçà d’un projet de loi, la femme politique entend plutôt mettre en place un guide inclusif, à l’image de la charte de laïcité. « Le droit des personnes transgenres n’est malheureusement pas souvent appliqué. Des officiers de l’état civil demandent des exigences de preuves médicales. Les demandes lors de parcours de soin sont disproportionnées, et de nombreuses personnes transgenres ne peuvent pas continuer leur traitement lorsqu’elles sont incarcérées.« , a exprimé la députée ex-LREM à TÊTU.

Une inclusion sociétale pleine et entière

Ce projet est une réponse au manque de moyens mis en place dans les institutions françaises, en particulier dans le milieu éducatif. Selon l’étude de santé LGBTI, 82% des personnes trans révèlent en effet avoir eu une mauvaise expérience dans leur scolarité. Pire encore, 13% d’entre eux peinent à faire accepter leur identité de genre dans leur établissement. « Les rectorats doivent correctement former les enseignants avec au moins un prof dans chaque établissement et qu’il puisse servir de référent.« , poursuit la parlementaire, toujours pour Têtu. 

A lire aussi : PMA pour toutes : des femmes visent l’étranger

En réponse, la députée LREM propose une série de solutions, parmi lesquelles l’inclusion de SOS Homophobie dans le dispositif éducatif. « Il suffit de volonté politique et d’instructions des ministres, plus vite on mettra en œuvre ces mesures, plus vite on parviendra à réduire des souffrances, notamment de mineurs.”, déclare-t-elle auprès de Têtu. A grande échelle, cette proposition entend mettre à pied d’œuvre tous les ministères sur cette question, en particulier celui du travail, de la justice et de l’économie. 

Etendre la PMA à tou.te.s

Avec cette proposition, Valérie Petit entend amener un débat pour inclure les hommes trans dans le projet de loi bioéthique, qui comprend la PMA. A ce titre, la députée souhaite le retrait de la mention du genre du dispositif, puisqu’il ne concerne en effet que les femmes pour une réforme universelle. 

Découvrez également : Le suicide d’Avril cache-t-il un manque de suivi ?

A ce jour, le Sénat n’a pas encore débattu sur le projet de loi bioéthique, puisqu’il ne doit commencer qu’en février prochain. L’étude de la réforme du gouvernement risque de connaître des complications. En cause, la chambre parlementaire l’avait adopté de justesse en première lecture. Doit-on s’attendre au pire ? 

Avatar

FERMER
FERMER