Agression Homophobe

Agression homophobe : la justice de Rouen rend son verdict

...
Agression Homophobe
Crédit photo : Ppictures

A Rouen, le tribunal a rendu son verdict sur l’agression homophobe contre un jeune homme gay, mercredi 13 janvier. Cette décision intervient plus de deux ans après les faits. 

De la conclusion ! La justice de Rouen a rendu son verdict sur l’agression homophobe d’un jeune homme, mercredi 13 janvier. En conséquence, le tribunal a respectivement condamné les deux accusés à quatre et six ans de prison. « Il s’agit d’un délinquant chevronné au parcours chaotique, fait de violences, de vol, d’extorsion. Il a une intolérance quasi viscérale à l’homosexualité. », a déclaré l’avocat général en amont de la décision, qui a également ordonné une obligation de soins. « La circonstance aggravante de l’homophobie doit être retenue contre les deux accusés. Il s’agissait d’extorquer, excusez-moi du terme, des pédés. Un projet criminel clair et précis. Un traquenard. », a-t-il ajouté.

Une procédure périlleuse

La décision judiciaire après de longues péripéties. Jusqu’alors, aucune des deux victimes n’avait confirmé le caractère homophobe de l’agression contre Romain (prénom modifié). Pourtant, lors de l’audience, mardi 12 janvier, la situation a pris un autre tournant. A la barre, l’un des deux accusés, Jordan Geslin, a confirmé le motif de l’agression. “Avez-vous entendu des insultes homophobes ?”, lui demande la présidente de la cour criminelle, propos qu’a relayés France Bleu. “C’est possible.”, dit-il du bout des lèvres. 

A lire aussi : Rouen : les accusés reconnaissent l’agression homophobe

Suivant une première suspension d’audience, la magistrate a repris son interrogatoire avec Jordan Geslin, plus bavard que l’autre accusé. “C’est votre procès, c’est l’occasion d’être courageux », déclare-t-elle alors. “Mohamed Bendjedidi a bien proféré des insultes homophobes tout le long du trajet en voiture. C’est le même qui lui ordonne « de conduire et de ne pas jouer au con », répond-t-il alors, sur un ton énervé, selon le récit de France Bleu. C’est là la conclusion d’une longue procédure judiciaire. 

La défense des accusés nuance

A la barre, les avocats des prévenus ont réfuté les faits de violence à l’encontre de la victime. “Les faits ne ressemblent pas à mon client. L’extorsion oui, mais la violence inouïe non.”, a avancé l’avocate du principal accusé. “Mon client n’est pas homophobe mais nous ne contestons pas le caractère homophobe de cette agression. Il a cinq enfants. Il est divorcé et sans domicile fixe. Une personnalité complexe, un homme brisé.”, a-t-elle poursuivi. 

Découvrez également : L’AMOUR EST DANS LE PRÉ COMPTE UNE FEMME LESBIENNE

De son côté, Mohamed Bendjedidi a nié en bloc toute violence et agression sexuelle jusqu’à rendre responsable Romain. “Dans la voiture, la victime a posé la main sur ma cuisse au niveau de l’entrejambe. Je ne sais pas ce qui m’a pris. Je me suis déchaîné sur lui en lui portant des coups.”, a précisé le principal accusé, précisant que c’est lui qui a “porté le plus de coups”. Des propos que l’avocate de la défense a vite démenti, à raison. Et, cette position a permis la condamnation des deux accusés. 

Avatar

FERMER
CLOSE