FSGL

La FSGL, enfin une fédération sportive LGBTQ+

...
FSGL
Crédit photo : FSGL

L’univers sportif s’est construit sur le culte de la performance et de la virilité, il exclut malheureusement trop souvent celles et ceux qui ne répondent pas à cette norme, générant de nombreuses discriminations. La FSGL (Fédération Sportive Gaie et Lesbienne) lutte de toutes ses forces contre ce fléau, comme nous l’explique Kevin Aujard, président de la fédération.

En 2020, le constat est toujours le même : l’homophobie dans le sport existe, personne n’est à l’abri. La Fédération Sportive Gaie et Lesbienne, la FSGL et toutes les associations sportives LGBTQI+ se sont créées avec un seul objectif en tête : proposer un cadre bienveillant à toute personne qui souhaite pratiquer un sport, sans peur d’être jugée pour ce qu’elle est, comme nous le décrit Kevin Aujard, président de la Fédération. “Ici, on accepte tout le monde, de n’importe quel âge, qu’il soit handicapé, maigre, vieux ou gay, quel que soit le niveau de santé de chacun mais aussi de leur niveau sportif”, explique-t-il. 

A lire aussi : FAIRE DU SPORT, COMMENT BIEN S’Y METTRE ?

De ce fait, les adhérents peuvent choisir le sport de leur choix sans craintes ni honte. Kevin Aujard a pu constater que le sport est également un besoin, une échappatoire pour d’autres. “Les jeunes hommes ont parfois peur du sport, notamment à cause du culte de la masculinité. Mais lorsque la plupart des gens entrent dans la vie active, ils veulent reprendre le sport, car pratiquer une activité physique, ça leur manque.”, témoigne-t-il. « On se retrouve avec beaucoup de personnes n’ayant pas fait de sport depuis 10 ans et ils ont peur, mais nous on leur dit : ce n’est pas grave, venez !”, poursuit le président de la FSGL. Vous l’aurez compris, n’ayez aucune crainte, qui que vous soyez, vous êtes le bienvenu. 

Plus de 40 associations sportives affiliées et membres de la FSGL

La FSGL regroupe une quarantaine d’associations sportives LGBT (Lesbien, Gay, Bi, Trans) reparties sur le territoire français, et plus de 3500 sportif(ve)s. Son objectif : lutter contre toutes les discriminations par la pratique sportive. Comment fonctionnent ces affiliations ? Kevin Aujard nous répond : “Les associations sportives viennent elles-mêmes vers nous en disant : on veut s’affilier. On vérifie leur statut, on les rencontre, puis on les affile à la FSGL ».

Bien que le siège de la Fédération se situe dans la capitale, cette dernière a à cœur d’être présente dans toutes les régions du pays. “Marseille, Lyon, Montpellier, Toulouse, Bayonne, Bordeaux, Nantes, on en a dans toute la France”, précise le président. Sur les terrains de sport, dans les vestiaires et dans la vie de tous les jours, ces associations luttent contre toutes les formes de discrimination, qu’elles soient liées à l’orientation sexuelle, à l’identité de genre, à l’âge, aux origines, à la religion, au statut sérologique et à la condition physique.

Découvrez la suite de l’article sur la FSGL dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER