Psygay

Psygay accompagne les LGBTQI+ avec bienveillance

...
Psygay

Psygay naît de l’observation d’un groupe de psy (toutes disciplines) des difficultés intracommunautaires, en 1996. L’objectif y est alors clair : remédier à ces problèmes, dans le respect de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. Depuis, l’association n’a cessé d’élargir son réseau de professionnels jusqu’à aujourd’hui. 

Global et pointilleux !

Base du suivi qu’elle entreprend avec sa patientèle, Psygay mène de nombreuses réflexions théoriques et cliniques sur différents sujets d’actualité. Il peut être ainsi question de séropositivité, d’homoparentalité, de LGBTphobies ou encore d’intersectionnalité. En conséquence, ces constats orientent les différentes perspectives d’accompagnement de la communauté, causes relatives au vécu et au cadre de ces personnes. “Les LGBTQ+ consultent beaucoup en disant souffrir de solitude, de manque de reconnaissance, de honte sociale ou encore d’addiction au sexe. Ce sont des champs qui les concernent.”, explique Joseph Agostini, psychanalyste porte-parole de l’association Psygay. A ce titre, le spécialiste précise que le mal-être n’est pas spécifique à l’orientation sexuelle et/ou à l’identité de genre. 

A lire aussi : SÉBASTIEN GALLAND, PSYCHOLOGUE

Pour être au plus près de la communauté, Psygay propose des consultations ponctuelles et gratuites au centre LGBTQI+ Paris/ IDF. Lorsque le suivi nécessite un accompagnement plus poussé, les demandes de la patientèle sont adressées directement aux spécialistes libéraux affiliés à l’association. En conséquence, cela permet de mettre en place un véritable travail thérapeutique selon que les personnes prennent conscience du problème dès la première séance ou non. “Le psychologue est là pour aider le patient à verbaliser ses affects afin d’y trouver un sens nouveau et y puiser un désir plus authentique. Par exemple, sortir de comportements compulsifs et vivre davantage des choix assumés.”, explique Joseph Agostini.

Une approche humaine

La prise en charge du conflit psychique intervient indépendamment de la question de l’identité de genre et/ou de l’orientation sexuelle, mais selon le transfert avec un spécialiste. “Un psy peut faire naître en nous du courage, de la volonté, de la force de vaincre. Parce que c’est lui, parce que c’est nous. Magie de la rencontre et de l’inconscient.”, explique Joseph Agostini. 

Découvrez la suite de l’article sur Psygay dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER