Sébastien Galland

Sébastien Galland, psychologue

...
Sébastien Galland

Sébastien Galland est psychologue et hypnothérapeute à Paris. Affilié au réseau Médecin Gay-Friendly LGBT, il accompagne ses patients dans un cadre bienveillant. Pour Garçon Magazine, il a répondu à quelques questions.

Quels sont les problèmes que vous prenez en charge, généralement, Sébastien Galland ? 

C’est très variable. Cela concerne souvent les traumatismes, comme par exemple les viols, les accidents de la vie et les deuils. Les personnes viennent aussi parce qu’elles ont des phobies, des troubles alimentaires, des dépendances affectives ou aux jeux vidéos, une addiction au sexe ou pour arrêter de fumer.

Sur un plan plus personnel, les personnes recourent à mes services concernant des problèmes de confiance en soi, de stress au travail, de harcèlement ou des soucis de couple. Ça concerne presque tout le monde ! 

Certains sont-ils spécifiques aux personnes LGBT ? 

Pour les LGBT, on a ce qu’on a appelé le stress minoritaire, depuis 2003, qui touche toutes les minorités et particulièrement notre communauté. Et, il y a aussi le ou les coming-out. Ce sont des cas où ça peut être utile d’être accompagné.e en toute confiance, pas forcément par un psy mais aussi par l’entourage. Tout cela avec une écoute bienveillante et sans jugement. 

A lire aussi : ALLER VOIR UN PSY’, L’AFFREUX CASSE-TÊTE !

Plus généralement, on va souvent retrouver une réelle difficulté à se sentir légitime, à sa place dans la famille et la société, l’impression de devoir prouver deux fois plus qu’on mérite quelque chose. Le résultat : il y a deux fois plus de risques de troubles mentaux et dépressifs. C’est le premier facteur de passage à l’acte suicidaire chez les jeunes adultes, en particulier pour les personnes trans. 

En ont-ils conscience ? 

Bien sûr. S’ils viennent, c’est qu’ils se sont rendus compte de problèmes et de symptômes. Et ils voudraient que quelque chose change ou qu’un malaise disparaisse. Je vais donc les accompagner pour qu’ils découvrent à quel endroit et à quel moment il y a eu une blessure dans l’inconscient.

Découvrez la suite de l’interview avec Sébastien Galland dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

FERMER
FERMER