Aylaui

Aylau : l’addiction, comment s’en sortir ?

...

Aylau, 40 ans, photographe et journaliste, a une définition bien précise de l’addiction. Pour lui, c’est prendre du plaisir immédiat et tenter d’oublier ses soucis temporairement. Recommencer pour ne pas faire face à ses problèmes. Puis ne plus réussir à s’en passer. Il a accepté de raconter son histoire aux lecteurs de Garçon Magazine.

Aylaui

Son histoire

« J’ai entamé la cigarette au lycée. J’étais très timide et c’était un moyen de sociabiliser. Quand j’ai commencé à sortir et à me faire des amis, je n’arrivais pas à me lâcher et je n’osais être drôle que quand j’avais bu. J’ai toujours eu peur du jugement des autres, de les blesser … », nous raconte Aylau. C’est à ce moment-là qu’il a compris qu’il devait faire preuve d’autodérision, qu’il devait apprendre à se moquer de ses défauts. Mais, parfois, « on peut aller un peu trop loin, mais on s’excuse toujours avec le prétexte de l’alcool ou en se faisant des gros hugs entre amis », se confie le quadragénaire. 

Aylau insiste sur le fait qu’il est important de pouvoir dire quand ça ne va pas, de parler de choses profondes plutôt que superficielles, au lieu de faire croire que tout va bien. Pour lui, être fumeur ou alcoolique lui a permis de se créer un cercle d’amis, une certaine vie sociale. Le photographe se livre à Garçon Magazine : « Allumer une clope ou prendre un verre ensemble est toujours synonyme de “je ne vais pas bien et j’ai besoin d’en parler” ».

A lire aussi : DR RAPHAËL KARAS : « LES PERSONNES LGBT SONT PLUS SUJETTES AUX ADDICTIONS »

Par la suite, il nous décrit comment son addiction à la 3MEC -poudre moins chère que la vraie coke- a débuté : « Je pensais en prendre qu’occasionnellement et pendant un an, c’était quasiment tous les soirs. Je pensais que ça allait me tenir éveillé mieux qu’un Guronsan ou que de la vodka-Redbull. Au final, on passe plusieurs jours à dormir pour récupérer… ». Aujourd’hui, Aylau admet avoir arrêté d’acheter de la poudre. En effet, ce dernier a décidé qu’il était temps pour lui de prendre soin de sa santé. 

Découvrez la suite du témoignage d’Aylau dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

FERMER
CLOSE