viol d'un dissident tchétchène

La Russie remet deux détenus gays à la Tchétchénie

...

La Russie a remis deux détenus gays à la Tchétchénie, jeudi 4 février. Cette révélation intervient à peine quelques heures après l’arrestation du couple.

viol d'un dissident tchétchène

Injustice, encore ! La Russie a remis deux détenus gays, Salekh Magamadov et Ismail Isayev, à la Tchétchénie, jeudi 4 février. Cette révélation intervient à peine quelques heures après que des forces secrètes aient détenu les deux hommes, en milieu de journée. “Dans la journée, des voisins ont remarqué des personnes en uniforme noir dans le bâtiment [où résidaient les deux hommes, ndlr]. Ils ont déclaré que ce pouvaient être les forces spéciales.”, a déclaré le réseau LGBT russe, à l’origine de l’alerte. De leur côté, la police régionale n’a pu confirmer qu’ils détenaient le couple. A raison, les services locaux d’application de la loi ont révélé avoir incarcéré les deux hommes avant de les renvoyer en Tchétchénie, où un dramatique sort plane sur leurs têtes. 

A lire aussi :  UNE VIDÉO MONTRE LE VIOL D’UN DISSIDENT TCHÉTCHÈNE

En juin 2020, le réseau LGBT de Russie a aidé Salekh Magamadov et Ismail Isayev à fuir la Tchétchénie. Depuis avril, la même année, le service carcéral du pays détenait les deux hommes, suivant leur participation à un débat sur une chaîne TV, Osal Nakh 95. En cause, le média s’oppose ouvertement à la politique de Ramzan Kadyrov, dictateur du pays. Pendant leur incarcération, les forces de l’ordre les ont torturé et forcé à enregistrer leurs excuses à plusieurs reprises. A leur arrivée sur le sol russe, les deux hommes, en mauvaise condition physique, ont été cachés dans un immeuble à l’écart des regards. Pendant des mois, les deux hommes ont reçu toute l’aide possible de l’association communautaire. Pourtant, ce ne semble pas assez efficace, car le gouvernement Russe a retrouvé leur trace, pour ensuite les ramener à la case départ. Tragique ! 

Une aide (malheureusement) tardive

Alors que les forces spéciales russes détenaient Salekh Magamadov et Ismail Isayev, les deux hommes ont réussi à prévenir l’association par téléphone, vers 15h. Alors que l’association a dépêché un avocat, le professionnel est arrivé 30 minutes plus tard. Les forces de l’ordre avaient déjà quitté les lieux avec les deux détenus. Sur place, le professionnel a remarqué des traces de sang, signe d’une bagarre entre les deux hommes et les forces spéciales.

Avatar

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
CLOSE