Colletif Intersexes et Allié.e.s

SOS homophobie se lève contre les mutilations génitales

...

Samedi 6 février, SOS homophobie a renouvelé son appel contre les violences médicales faites aux personnes intersexes. Cette initiative intervient alors que la France reste inactive face à ces discriminations.

Colletif Intersexes et Allié.e.s
Crédit photo : Estelle Prudent

“Plus jamais ça !” En ces termes forts de sens, SOS homophobie s’oppose une nouvelle fois contre les mutilations génitales, samedi 6 février. “Aujourd’hui, en toute impunité, des chirugien.ne.s continuent, aux moyens d’arguments alarmistes et fallacieux, de pratiquer ces opérations non-consenties sur des enfants intersexes.”, a fustigé l’association LGBTQI+, dans son communiqué. “Or, ces interventions peuvent entraîner des complications médicales et des séquelles psycho-sociales, alors que l’écrasante majorité de ces opérations ne répondent en rien à une nécessité vitale pour l’enfant.”, rappelle-t-elle. En conséquence, l’organisation communautaire met notamment en cause le manque cruel d’informations des parents, qui profite aux professionnels de la santé. Tragique situation !

A lire aussi : Queer Japan donne une voix à une communauté méconnue

Dans son appel, SOS homophobie a pointé le manque d’action du gouvernement français depuis quelques années. Ceci alors que l’ONU a sanctionné le pays sur la base de ces discriminations, en 2016, et a même exigé la stricte application de l’article 16-3 du code civil. Pourtant, son ingérence dans la politique française ne semble pas avoir porté ses fruits. Au cours de l’année 2020, en effet, des personnes intersexes ont dû sortir du silence sous le hashtag “Je suis intersexe”. L’afflux de tweets, qui a libéré la parole sur ce tabou, a constitué un premier déclic puisque des élu.e.s ont porté les questions de cette communauté dans le débat sur la loi bioéthique. Bien que non-retenues dans le projet, certaines associations y ont ainsi vu une première étape dans l’intérêt porté sur les personnes intersexes. D’où, le nouvel appel de SOS homophobie, aujourd’hui.

SOS homophobie

Action, réaction

Par ce communiqué, SOS homophobie entend aujourd’hui sensibiliser les pouvoirs publics et l’opinion pour que chacun.e s’empare de ces questions . En cela, les revendications de Collectif Intersexes et Allié.e.s OII France aboutiraient enfin. Alors, portons aussi leurs voix !

Nota Bene : 

1. Personne intersexe : personne née avec des caractères sexuels (génitaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins

 2. “Corps en tous genres – La dualité des sexes à l’épreuve de la science”, Anne Fausto-Sterling

Avatar

FERMER
FERMER