Martine Superstar

Martine Superstar, la vedette taquine qu’on n’oublie jamais

...

Depuis plus de 10 ans, Robin campe les traits de Martine Superstar, son personnage de scène. Avec sa taquinerie, ses lunettes blanches et ses cheveux noirs, cette « boule à facettes », vedette du Toc Toc Show, en fait chavirer plus d’un au premier regard, littéralement sous le charme. À deux jours de son prochain spectacle, au Diva’s Kabaret, Martine Superstar revient sur son parcours artistique pour Garçon Magazine.

Robin, parle-nous de la naissance de Martine Superstar…

C’était en 2008, lors de la représentation d’une pièce au théâtre de Ménilmontant, Et, ta sœur ?, où j’ai interprété les rôles de deux jumeaux, Martin et Martine. J’ai donc dû changer rapidement en homme et en femme.

Pour différencier les deux personnages, j’ai porté des lunettes blanches dans le rôle de Martine. Cela a beaucoup amusé le public, le rôle de Martine. Dès lors, j’ai décidé de devenir Martine, un personnage incisif, taquin, bourgeois, virulent et avec des répliques sanglantes à souhait. J’ai gardé les lunettes blanches aussi…  

Martine ne se prend jamais au sérieux. Est-ce comme cela que tu conçois le drag ?

Effectivement. Dans le transformisme, je ne cherche pas la ressemblance, ça ne m’intéresse pas. Que je sois Martine ou que je fasse des imitations grotesques, je cherche avant tout à être un clown, un acteur.

Autoportrait fait par Martine Superstar

A lire aussi : LULUBELLE DE PARIS, UNE VIE TOUT EN PAILLETTES

En 2014, tu as crée le Toc Toc Show. Peux-tu nous en dire plus ?

Je voulais faire un spectacle avec mon collaborateur Adrien Champion où nous ferions du clown et recevrions des invités : magiciens, jongleurs, humoristes. Pour cela, je me suis inspiré du concept de cabaret qui permet à des artistes de tous les horizons de s’exprimer. Après une première année difficile, le projet a décollé, et a eu un grand succès.

Tu as ensuite intégré la troupe du Divas Kabaret, ton nouveau QG, avec LaDiva Live, Sweety Bonbon, Lulubelle de Paris, Lara Fullcamp et La Big Bertha...

Exactement ! Alors que je ne croyais plus cela possible, Christophe Soret m’a proposé de réaliser le Toc Toc Show dans son cabaret, le Diva’s Kabaret. J’ai bien sûr accepté. Depuis (hors covid-19, bien évidemment), je suis hôtesse d’accueil, je fais une chanson dans la soirée et je produis mon show une fois par mois.

A lire aussi : SWEETY BONBON, UN PERFORMEUR FLAMBOYANT AUX RYTHMES FESTIFS

Un message pour le public du cabaret, en vue de la soirée à venir ?

Venez découvrir autre chose que Martine et, surtout, amusez-vous avec nous. Paris a (peut-être) perdu son côté festif (enfin, pour l’instant), mais vous pourrez retrouver cet esprit au Diva’s Kabaret, le temps d’une soirée.

FERMER
FERMER