“La Première marche”, incroyable plongée dans une fierté en banlieue

...

Distribué par Outplay, La Première Marche suit une bande de jeunes à Saint-Denis qui organise la première marche des fiertés, en 2019. De la première réunion interassociative jusqu’au jour J, le film documentaire illustre fidèlement les coulisses d’un travail de longue haleine. Le long-métrage est disponible en DVD et VOD depuis le 26 mars.

Le pitch du film

Signé Baptiste Etchegaray et Hakim Atoui, La Première Marche lève le voile sur la première marche des fiertés en banlieue. Projet à l’initiative de quatre ami.e.s, Youssef, Yanis, Annabelle et Luca, le long-métrage passe au crible toutes les étapes de l’organisation, de ses difficultés à ses réussites. “Les enjeux d’intersectionnalité et d’inclusivité des luttes sont clairement posés. Les jeunes militant.e.s débordent d’une énergie communicative dans un documentaire plein de conviction et d’engagement, qui inspire une volonté d’unité face aux oppressions.”, qualifie le jury du festival Chéries Chéris à propos du film, en 2019. Dans sa finalité, la pride voit le jour, là où personne n’y croyait. Magnifique ! 

href="https://www.pride.be/fr" target="_blank">

Le mot des réalisateurs sur la naissance du projet

“C’est un projet hyper personnel, fait de façon empirique, spontanée, improvisée et artisanale du début à la fin. On n’avait pas en tête exactement ce que serait le film à la fin, on n’avait ni producteur, ni distributeur. En suivant ces jeunes, on s’est rendu compte qu’il y avait un sujet, des personnages, une vraie histoire. C’était la première fois qu’il y avait une marche des fiertés en banlieue, on avait envie de le documenter, de laisser une trace, un témoignage de cette première marche historique.” (Baptiste)

Retrouvez également : « Madame », un film de liberté et d’amour

“A chaque fois, les gens de l’association et ceux qu’on voit dans le film nous disaient: il va être diffusé où, vous faites ça pourquoi ? On n’avait aucune contrainte sur la durée et le lieu de diffusion. Au contraire, on l’a fait pas à pas. Une fois qu’on a fini de monter et qu’on avait la version qu’on aimait tous les deux, on a vraiment défait le documentaire tel qu’on voulait le faire. Maintenant, il a une vie qu’on n’espérait pas du tout. Jamais, on aurait pensé le sortir au cinéma. “ (Hakim)

Découvrez la suite de l’article sur le film La Première Marche dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.