Stop suicide

Stop Suicide LGBT veut à tout prix aider les jeunes LGBT

...

Il y a 7 fois plus de suicides chez les jeunes gays et 2,5 fois plus chez les jeunes lesbiennes ou bisexuelles que chez les jeunes hétéros ! Partant du constat qu’en France aucune association ne s’est totalement emparée du délicat et alarmant problème du suicide chez les jeunes LGBT, Christophe SORET notre rédacteur en chef a décidé de lancer Stop Suicide Jeunes LGBT.

Christophe, pourquoi créer Stop Suicide Jeunes LGBT?

Eh bien, parce que le suicide provoque, chaque année, le décès de plus 160 jeunes LGBT en France. Et que les tentatives pourraient toucher des dizaines de milliers de jeune : «Au cours des 12 derniers mois, 23 % des répondants ont pensé à se suicider contre 5 % dans la population française en général. Parmi eux, 60 % avaient fait l’objet d’au moins une agression physique l’année précédente. Chez les moins de 35 ans, la proportion ayant eu des pensées suicidaires dans la dernière année est de 33 %. » IFOP/ Fondation Jasmin 2019. Des chiffres alarmants, extrêmement préoccupants qui nécessitent que pour notre pays une association française (car elles existent en Suisse et en Belgique) soit entièrement dévouée à ce sujet.

Des chiffres sont régulièrement publiés par exemple par SOS homophobie, l’IFOP ou étudiés par Le Refuge, mais personne n’a pris à bras-le-corps ce problème pour s’y consacrer entièrement. Nous voulons donc mieux en parler et fédérer d’autres associations ou institutions pour mieux sensibiliser les Français et faire une prévention à l’échelle nationale.

Victorien

Comment comptes-tu mieux parler du suicide des jeunes LGBT?

Nous voulons nous concentrer sur la tranche d’âge 15-25 ans, la tranche la plus touchée et obtenir des témoignages écrits ou vidéos afin de les diffuser le plus largement possible sur les réseaux sociaux. Mais nous voulons aussi nous adresser aux adultes (parents, amis, conjoints des jeunes suicidaires) qui sont directement touchés par le suicide. Des familles sont détruites et nous devons aussi les intégrer dans notre démarche d’accompagnement. Nous allons immédiatement nous appuyer sur les sites et réseaux sociaux de mes magazines gays et nous allons par la suite trouver des moyens pour créer et diffuser le plus largement possible des campagnes de sensibilisation et de prévention contre ce fléau. Le milieu scolaire doit aussi être mieux sensibilisé donc il sera pour nous une priorité dans la diffusion de nos messages.

Pourquoi le suicide chez les jeunes LGBT est-il 7 fois plus important chez les garçons?

Les causes des tentatives ou du suicide sont multiples, mais bien connues :

L’homophobie, la non-conformité de genre qui conduisent à des agressions physiques, au harcèlement scolaire, professionnel ou de l’entourage direct,

L’exclusion des familles ou du cercle amical à la suite d’un coming-out

La délocalisation des jeunes dans de grandes villes où ils se retrouvent seuls et isolés donc fragilisés

La drogue et la prostitution qui touchent une partie d’entre eux et fragilisent leur santé

Des difficultés financières ou sentimentales qui prennent une ampleur tout autre lorsqu’on n’a plus sa famille ou de tissus amicaux

Le poids de la religion en particulier chez les jeunes musulmans LGBT

Tout cela conduit à un taux de suicide plus élevé qui doit être expliqué et combattu.

Victorien

Comment comptes-tu lancer cette association?

Nous avons bien sûr créé un site qui fait un état des lieux des chiffres sur le suicide des LGBT. C’est un consensus de chiffres que nous avons réuni et recoupé. Nous les synthétisons pour les diffuser.

Je veux aussi fédérer des membres actifs dans l’association sur tout le territoire, afin de nous aider à relayer le plus largement possible, sur les réseaux sociaux, les témoignages que nous allons recueillir.

Nous sommes aussi en recherche active d’une marraine et d’un parrain connus pour amplifier ce combat. Et enfin nous allons bien sûr être très présents sur les réseaux sociaux où se trouve un maximum de jeunes LGBT que nous voulons soutenir et sensibiliser. Nous voudrions aussi intégrer l’Observatoire national du suicide, pour agir plus rapidement et concrètement sur cette catastrophe.

Un vaste projet qui bien sûr s’inscrit dans la durée, sur plusieurs années et en partenariat avec un maximum d’associations déjà existantes.

Informations pratiques :
Site : www.stop-suicide.fr
Instagram : @stopsuicidejeunes
Twitter : Stop Suicide Jeunes (@JeunesStop)
Facebook : Stopsuicide

Sources :
Étude Beck et Al 2011
Étude IFOP/Fondation Jasmin :
LGBTphobies : état des lieux 2019
www.santepubliquefrance.fr

FERMER
FERMER