Travail du sexe, toute une profession !

...

Encore aujourd’hui, le travail du sexe est souvent ramené à ce que l’on voit dans les films et les médias, à savoir la prostitution dans la rue. Pourtant, la profession couvre un champ bien plus large que cela : porno, cam, hot content, escorting, etc. Pour ces raisons, on vous explique tout ce qu’il faut savoir, tant du point de vue des clients que celui des professionnels. 

Terme employé pour la première fois en 1980 par l’activiste Carole Leigh, le travail du sexe consiste à vendre son corps à une personne. Ce qui instaure ainsi une dénotation moins dévalorisante de la profession. “En France, la prostitution a une définition large. Il s’agit du fait de ‘se prêter, moyennant une rémunération, à des contacts physiques [quels] qu’ils soient, afin de satisfaire les besoins sexuels d’autrui’.”, précise, à juste titre, l’association Strass. 

En conséquence, un travailleur du sexe va proposer diverses prestations du plus soft au plus extrême. Par exemple, un de ses services peut notamment être d’accompagner un client dans ses sorties, au restau, dans un bar, un club, ou bien dans les boutiques. À côté de ça, la prestation peut-être aussi de nature sexuelle, allant ainsi du baiser au rapport sexuel intégral. En bref, de nombreuses offres sont possibles.

Retrouvez également : Coverboy : Julien Galendo, un coach qui a du muscle

Outre la prostitution de rue, qui est la principale référence, le travail du sexe couvre une multitude de métiers. En effet, les acteurs et réalisateurs pornos, les cameurs, les professionnels (comme des amateurs) sur des sites de HOT content, les escorts (ou compagnons de complaisance) en font également partie. 

Travail du sexe
Sauvage-Copyright-Pyramide-Distribution

Un milieu difficilement régulé 

Dans un marché tant visible qu’invisible, différents acteurs, à savoir les strates de pouvoir, les associations, les réseaux professionnels et les entreprises, encadrent la profession, à hauteur de leurs possibilités. 

À raison, la loi en vigueur aujourd’hui, et ce depuis 2016, impacte les travailleurs du sexe dans le bon exercice de leur métier. Outre une avancée sur le volet du racolage, permettant une autopromotion du travail du sexe, la pénalisation du client et des aidants continue à tourmenter tout un métier.

Retrouvez la suite de l’article sur le travail du sexe dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible ici.

Avatar

FERMER
FERMER