Gisele Halimi

Panthéon : L’entrée de l’avocate Gisèle Halimi se fait tarder

...

Pas de panthéonisation pour Gisèle Halimi, mais un hommage aux Invalides. Une absence qui fait du bruit. 

Une histoire forte avec la communauté LGBTQI+

Elle a défendu Anne Tonglet et Araceli Castellano, un couple de femmes victimes de viol à en 1978, porté le texte pour la dépénalisation de l’homosexualité au Parlement, quatre ans plus tard… Pourtant, ce lundi 23 août, à la suite de l’annonce d’Emmanuel Macron d’un hommage prévu aux Invalides pour Gisèle Halimi, a suscité l’incompréhension sur Twitter. Et ce, car de nombreux internautes s’attendaient à une entrée au Panthéon.

Déception sur twitter

A ce titre, de nombreuses personnalités ne comprennent pas l’absence de l’avocate dans le prestigieux monument. « Je suis la seule à regretter que ce ne soit pas Gisèle Halimi qui fasse son entrée au Panthéon ? Car le choix de Joséphine Baker, c’est aussi le refus de la choisir, elle. » déclare l’auteure Camille Froidevaux Metterie sur le réseau social. De son côté, le journaliste Jean Michel Apathie qualifie cet acte manqué de « décevant » tandis que l’avocat Jean Michel Mignard, lui, continue d’y croire. « Si nous insistons, elle y sera », analyse-t-il.

Lire aussi : BRUXELLES, UNE VILLE QUI BRILLE AUX COULEURS DE L’ARC-EN-CIEL

Élisabeth Moreno, un soutien sans failles

La déception est grande. Et pour cause, depuis son décès le 28 juillet 2020, sa possible panthéonisation a été à de nombreuses reprises évoquée. La ministre chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, Élisabeth Moreno, a multiplié ses souhaits de voir, celle qui est son modèle, intégrer le monument. « Je reste déterminée dans cet objectif, même si je sais que les processus de panthéonisation peuvent être longs et complexes car ils nécessitent dialogue et consensus » a-t-elle affirmé à l’AFP en mai dernier. Députés et associations féministes se sont joints à ce souhait. 

Des choix de panthéonisations critiqués

Si les processus de panthéonisation sont longs, ils sont souvent entachés de polémiques. Déjà, en 2014, l’absence de la révolutionnaire féministe Olympe de Gouges avait fait grand bruit. Pour cause, plébiscitée par le sondage du Centre de Monuments Nationaux, elle n’avait pas obtenu sa place, sous la présidence de François Hollande. De même, le manque de représentations féminines dans le temple (il y’en a à peine 5 contre 80 sépultures masculines) est constamment souligné. Alors, la panthéonisation de l’artiste Joséphine Baker, prévue le 30 novembre prochain, risque bien de marquer les esprits.

Avatar

FERMER
FERMER