Le sexe en ligne, une belle alternative pendant la pandémie

...

Confiné pendant plus d’un an à cause de la pandémie, la communauté LGBTQ a dû s’adapter à une nouvelle réalité. Ainsi, les sessions de sexe en ligne ont connu une popularité croissante. Sur Zoom, Skype, OnlyFans ou CAM4, de nombreuses personnes ont su profiter de cette possibilité à distance. État des lieux.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’application Zoom a vu une montée significative des usagers. Loin des réunions professionnelles, beaucoup l’utilisent pour avoir une vie sexuelle tout en respectant les gestes barrières et les confinements. Une tendance est née : les sex parties en ligne. 

Retrouvez aussi : SIDA : Hervé Latapie parle de prévention sexuelle pendant l’épidémie

Depuis mars 2020, les personnes LGBT+ du monde entier se connectent à ces chats pour lutter contre l’abstination. Organisées sous forme d’événements virtuels, ces sessions permettent aux gens d’expérimenter des plans fantaisistes en direct. Ainsi, un article dans Rolling Stone datant du printemps 2020 dit que l’application accueille désormais des soirées sexuelles numériques, et des enregistrements de groupe ont lancé « la société de branlette d’appréciation mutuelle »

Les témoignages

« Environ 15 minutes après ma première partie de sexe sur Zoom, les bites sont sorties du pantalon. Ils étaient plus d’une dizaine. […] Les caresses ont commencé peu après. [J’ai vu] une grille de bites, de mâchoires molles, de ventres et de culs, le mien y compris. Vers la fin, des mecs qui faisaient un plan à trois nous ont rejoints et nous ont montré un peu de « spit roasting ». L’hôte nous a demandé de lui faire signe si nous allions jouir, afin qu’il puisse concentrer la vue. ». C’est ainsi qu’Andrew Kahn, blogueur, décrit sa partouze Zoom dans un article pour Slate. 

sexe en ligne

« J’ai passé trois heures dans une session vidéoconférence avec 45 inconnus, à regarder un homme en chapeau de marin bouffer un cul avec enthousiasme. Dans un autre coin, un homme barbu dans un studio minimaliste attache une femme mince aux cheveux noirs avec une corde Shibari, ses seins saillants entre les nœuds ; dans un autre, une femme brune vêtue d’un bustier crème suce son partenaire, qui porte ce qui semble être un pantalon de pyjama Batman. », lit-on dans un article de Rolling Stones décrivant en détail une soirée sexuelle en ligne sur Zoom.

Retrouvez la suite de l’article sur le sexe en ligne dans le nouveau numéro de Garçon Magazine disponible ici.

FERMER
FERMER